ActualitéArts et CultureLes levées de fonds

WeTransfer, la start-up néerlandaise, lève 25 millions de dollars

WeTransfer, le service de partage de fichiers, vient de lever 25 millions de dollars (22 millions d’euros) auprès de Highland Capital Partners Europe. La start-up néerlandaise souhaite utiliser ce nouvel investissement pour poursuivre le développement de son activité, notamment aux Etats-Unis et en Europe.

« Lever des fonds n’est pas quelque chose que nous avons recherché de manière proactive, mais après avoir été approché par un nombre important d’investisseurs du monde entier au cours des deux dernières années, nous avons réalisé qu’il y avait de plus grandes opportunités de croissance en tant que service et marque » déclare Bas Beerens, fondateur et PDG de WeTransfer.

L’entreprise, qui affirme être rentable depuis 2013, revendique aujourd’hui plus de 25 millions d’utilisateurs actifs chaque mois, pour plus de 70 millions de transferts mensuels. La société doit cependant affronter la concurrence de plusieurs poids lourds du secteur, dont Dropbox, qui prépare son introduction en Bourse, et Box.com, qui a récemment fait son entrée sur le Nyse. Le premier avait déjà bouclé un tour de table de 250 millions de dollars en 2014 auprès d’investisseurs institutionnels,  et le second avait levé 150 millions de dollars au cours de l’été dernier.

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
WeTransfer, la start-up néerlandaise, lève 25 millions de dollars
Covid-19: la révolution numérique pour préserver l’emploi?
Comment la crise a accéléré la transformation numérique des grands groupes bancaires
Couvre-feu: les taxis et VTC prévoient une baisse de l’activité encore plus forte dans les jours à venir
Vélos, trottinettes, scooters…: la mobilité partagée se démocratise dans les grandes villes françaises
Streaming: 6 mois après son lancement, Quibi cherche déjà un repreneur
Netflix: le déconfinement ralentit sa croissance sur ses marchés matures tandis que l’action chute