Les ExpertsManagement

10 tendances RH à surveiller en 2017

par Anne-Caroline Lourmière

Le Digital est entrain de transformer en profondeur la société et le monde du travail. Selon des chercheurs de l’Université d’Oxford plus de 40 des métiers actuels auront disparu d’ici 15 à 20 ans.

Le numérique bouscule les frontières traditionnelles de l'entreprise, ce qui impacte l'organisation, les modes de travail, la façon de recruter etc.

Ces profondes mutations poussent les organisations à être de plus en plus agiles et flexibles, elles doivent se réinventer, anticiper et accompagner les nouvelles formes du travail si elles veulent rester compétitives et performantes. Sourcing, Data, soft skills, HR analytics, agilité, Expérience Employé… A quoi ressemblera le monde du travail demain? Zoom sur les tendances pour 2017.

1. Sourcer les talents: un enjeu clé

La numérisation de la société et l’utilisation grandissante des nouvelles technologies impactent directement les besoins en talents des organisations. Certaines professions sont véritablement en tension comme dans les métiers du développement web/mobile par exemple. L’art de s’entourer des bonnes ressources pour mener à bien ses projets et atteindre ses objectifs notamment en termes de transformation digitale est un élément clé de performance. Le sourcing sera l’un des principaux enjeux RH pour les entreprises. Où trouver les compétences, comment les attirer, leur donner envie, les intégrer à l’équipe… tous ces points de contact avec l’entreprise seront autant de rendez-vous essentiels avec les candidats qui constitueront une expérience à ne pas rater.

2. EX: Employee experience

Alors que l’on parle beaucoup de customer experience, de user experience, l’expérience employé aura de plus en plus d’importance. Elle implique de prendre en compte tous les points de contact entre l’entreprise et le collaborateur -ce qui inclut notamment le manager, les collègues, les process et l’environnement de travail- et d’analyser l’ensemble des processus, des outils et des modes de travail en remettant le collaborateur au centre avec une approche de test & learn, c’est-à-dire tester et apprendre afin de rendre cette expérience positive

3. Un recruteur de plus en plus connecté

La popularité des réseaux sociaux, la multiplication des plateformes collaboratives, l’utilisation grandissante du mobile sont entrain de transformer le paysage du recrutement. De nouveaux codes et usages apparaissent et des candidats plus exigeants et informés. Les entreprises qui ont intégré cette dimension sociale et collaborative et qui en maîtrisent les règles seront les maîtres du jeu. Elles auront un avantage de taille par rapport aux autres non seulement pour attirer les talents mais aussi pour les fidéliser.

4. Focus sur les «soft skills»

Dans un contexte mouvant et incertain, où les changements présents et à venir seront de plus en plus fréquents, les compétences techniques deviennent vite obsolètes. La réactivité à s’adapter à ces transformations et la capacité des candidats à acquérir de nouvelles compétences devient déterminante pour les organisations. Evaluer les talents sur leurs qualités personnelles et interpersonnelles, ce «savoir-être» qui permet d’anticiper la capacité du candidat à s'intégrer efficacement et à s'épanouir au sein d'une équipe et dans ses relations avec l'extérieur et qui inclut la personnalité, la motivation et le potentiel d’apprentissage devrait prendre de plus en plus d’importance dans le processus de recrutement.

5. La data au cœur des RH

Nous sommes encore loin des analyses prédictives et contextualisées des données RH, mais elles devraient prendre de plus en plus d’importance. Aux Etats-Unis, de nombreuses entreprises notamment dans le secteur des technologies et du digital, ont déjà adopté cette démarche de HR Analytics afin d’anticiper les besoins futurs en terme d'effectif, de profils, de compétences, d’identifier et de comprendre les leviers de motivation, anticiper les risques de démotivation, améliorer le recrutement, diminuer le turnover etc.

6. Data miner: un métier qui monte

De plus en plus d’entreprises ont des masses de données gigantesques à exploiter, à trier, à indexer nécessitant des ressources considérables. Grâce au développement récent de nouvelles solutions, ces données non- structurées peuvent être traitées de manière beaucoup plus automatisée. L’intégration de ces compétences techniques jusqu’alors dévolues au data scientist élargit le vivier dans lequel les entreprises vont pouvoir puiser et va permettre de faire monter en compétences des profils comme celui du data miner dont le rôle est d’analyser des masses de données hétérogènes pour en extraire de la connaissance utile à l’optimisation des offres et services de l’entreprise.

7. Des organisations plus agiles et flexibles

Face aux profondes mutations, les organisations se doivent d’être de plus en plus agiles pour s’adapter rapidement aux transformations et flexibles pour rester performantes et fidéliser les collaborateurs. La mise en place de nouvelles organisations de travail comme le télétravail ou encore le travail à temps partiel. Aux Pays- Bas, 1 employé sur 2 travaille à temps partiel et le pays est presque même niveau que la France en terme de productivité!

8. Freelancisation

Le nombre de travailleurs indépendants «en free lance» ne cessent de croître. En France leur nombre a augmenté de 85% au cours de ces dix dernières années. Aux Etats-Unis c’est 1 travailleur sur 3 qui est à son compte et les chiffres devraient augmenter de 40% d’ici 2020 selon les experts. Cette «freelancisation» répond à un besoin de mobilité, de souplesse, d’aménagement du temps de travail. Cette tendance de fond, facilitée par la multiplication des plateformes numériques de mise en relation entre offre et demande, devrait s’accentuer dans les années à venir.

9. Culture d’entreprise et engagement

La culture d’entreprise est un ensemble de valeurs et de signes construits tout au long de son histoire et partagés dans l’organisation. Quand elle est incarnée par tous, que les comportements de chacun sont en lien avec les valeurs véhiculées elle peut se révéler un formidable moyen d’engager, d’impliquer et de fidéliser les employés. Intégrée dans le processus de recrutement, elle permet aux nouveaux collaborateurs de trouver rapidement leurs repères et de s’intégrer à son nouvel environnement. La culture est un élément auquel les candidats attachent de plus en plus d’importance avant de rejoindre une équipe.

10. Santé et bien-être

Un employé en bonne santé est un travailleur heureux, moins souvent absent et donc plus productif.

Avec l’accélération des cadences, le nombre de maladies professionnelles a bondi: souffrance psychologique, troubles musculo-squelettiques etc. des pathologies découlant de cette nouvelle organisation du travail apparaissent. Beaucoup d’entreprises l’ont compris et l’on voit se développer de nombreuses initiatives qui vont dans le sens d’une transformation des modes de travail: le recours à des ergonomes du travail pour comprendre le travail et en améliorer les conditions en est l’un des exemples.

La prise en compte de la santé et du bien être de ses employés sera un élément différenciant pour les organisations.

Anne-Caroline-LourmièreAnne-Caroline Lourmière est la fondatrice de Talentik, un cabinet de recrutement indépendant spécialisé dans les métiers du Digital. Basé entre Paris, Bordeaux et Montréal, elle est « expert » RH pour Frenchweb.fr. Pour suivre ses écrits et échanger avec elle :

Son compte LinkedIn 

Son compte sur Twitter 

www.talentik.net

aclourmiere@talentik.net

Tags

contributeur

Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This