ActualitéAmérique du nordBusinessFinTechInvestissementsLes levées de fondsStartup

200 millions de dollars supplémentaires pour Chime, la banque mobile des Millennials

Le montant

La FinTech américaine Chime, qui a lancé une banque mobile à destination des Millennials, a bouclé un tour de table de 200 millions de dollars mené par DST Global, le fonds d’investissement du milliardaire russe Yuri Milner qui a été l’un des premiers investisseurs de Facebook, Twitter, Spotify et Airbnb. Les investisseurs historiques, notamment Menlo Ventures, Forerunner Ventures et Cathay Innovation, ont remis au pot, tandis que le fonds américain General Atlantic, qui a la particularité de n’investir que dans des entreprises qui ont un taux de croissance interne supérieur à 20% par an, Iconiq Capital, Coatue Management et Dragoneer Investment Group font leur entrée au sein du capital de la société. 

Ce nouveau tour de table porte la valorisation de la banque mobile américaine à 1,5 milliard de dollars. Celle-ci était valorisée à hauteur de 500 millions de dollars il y a quelques mois après une levée de fonds de 70 millions de dollars. En septembre 2017, la néobanque californienne avait également levé 18 millions de dollars.

Le marché

Lancée en 2013 par Ryan King et Chris Britt, Chime vise les jeunes Américains qui ne voient plus l’intérêt d’avoir des agences bancaires physiques et qui sont excédés par les nombreux frais imposés par les banques traditionnelles. «Les opérations bancaires devraient être gratuites, utiles et faciles à exécuter, mais les banques traditionnelles se montrent réticentes pour embrasser cette réalité. Nous ambitionnons d’établir un nouveau standard dans l’industrie en utilisant la technologie pour créer des services qui correspondent réellement aux meilleurs intérêts des consommateurs», indique Chris Britt, co-fondateur et CEO de Chime.

Dans ce sens, la jeune pousse californienne propose à ses utilisateurs une carte de crédit, un compte courant et un compte d’épargne qu’ils peuvent gérer directement à partir d’une application mobile. La société ne dispose pas d’une licence bancaire mais opère grâce à un partenariat conclu avec Bancorp sous marque blanche. Pour se rémunérer, Chime prélève une commission d’environ 1,5% sur chaque transaction réalisée avec la carte de crédit.

Pour se différencier des banques classiques, la néobanque basée à San Francisco se veut plus proche de ses clients. La FinTech américaine veut notamment accompagner ses utilisateurs pour éviter les dépenses imprudentes qui mettraient en danger leur santé financière. Pour cela, Chime mise notamment sur l’absence de frais cachés et l’impossibilité d’être à découvert. Pour séduire les Millennials, l’entreprise propose également une fonction d’épargne automatique, qui permet de mettre un peu d’argent de côté à chaque paiement avec la carte (à l’arrondi au dollar supérieur) ou à chaque virement du salaire (10% par défaut), l’envoi d’argent entre amis ou encore des notifications en temps réel à chaque dépense. A ce jour, Chime revendique 3 millions de comptes bancaires ouverts sur sa plateforme, avec un rythme de croissance de 150 000 nouveaux comptes ouverts chaque mois.

Chime n’est pas la seule banque mobile à cibler les jeunes. Au Royaume-Uni, Atom Bank développe une banque mobile exclusivement dédiée aux consommateurs âgés de 18 à 34 ans. Cette néobanque anglaise a d’ailleurs levé 206 millions de dollars en mars 2018. Sur le marché américain, Chime doit affronter des acteurs comme Simple, Moven et Varo Money qui développent également des applications mobiles pour simplifier les opérations bancaires.

Les objectifs 

Chime entend s’appuyer sur ce nouveau financement pour accélérer sa croissance et lancer de nouveaux produits, notamment dans les domaines du prêt et du crédit. En parallèle, la banque mobile compte doubler son équipe basée à San Francisco pour dépasser les 200 collaborateurs d’ici la fin de l’année.

Chime : les données clés

Fondateurs : Ryan King et Chris Britt
Création : 2013
Siège social : San Francisco
Activité : banque mobile
Financement : 200 millions de dollars en mars 2019

Tags
Plus d'infos

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This