BusinessFW BusinessTourismeTV

Emmanuel Marill : «20% des Français utilisent Airbnb»

Interview d'Emmanuel Marill, directeur général France et Belgique d'Airbnb

Avec 87 millions de touristes accueillis l’an passé, la France reste le pays le plus visité au monde. De quoi nourrir l’appétit d’Airbnb dans l’Hexagone, d’autant plus que le marché français est actuellement le deuxième de la firme américaine, juste derrière les États-Unis. A ce jour, la plateforme de location entre particuliers revendique ainsi pas moins de 500 000 annonces en ligne en France et 13 millions d’utilisateurs. Une part qui représente près de 20% de la population française (67 millions d’habitants). 

Lancée en 2012 dans l’Hexagone, quatre ans après sa naissance dans la Silicon Valley, la plateforme américaine assure avoir accueilli 30 millions de voyageurs en France, dont 8 millions rien qu’à Paris, qui demeure la destination la plus recherchée après New York, avec une offre de 65 000 logements au sein de la capitale française.

Une ascension sur fond de défiance du Parlement et de la Mairie de Paris

Si Airbnb jouit désormais d’une grande popularité en France, ce succès n’est pas du goût de tout le monde, notamment à Paris où la municipalité dirigée par Anne Hidalgo a haussé le ton envers la plateforme américaine. En avril, la Ville de Paris avait ainsi décidé d’assigner en référé Airbnb pour ne pas avoir respecté l’obligation de retirer les annonces de location sans numéro d’enregistrement comme le prévoit la loi française. Ian Brossat, l’adjoint PCF à la maire de Paris chargé du Logement, affirmait alors que 84% des annonces proposées sur la plateforme américaine ne respectent pas la loi. «Nous sommes dans la discussion, nous sommes là pour faire avancer les choses et répondre aux questions», a déclaré Emmanuel Marill, directeur général France et Belgique d’Airbnb à l’occasion du HubForum qui s’est tenu à Paris début octobre.

Également dans le collimateur du Parlement, Airbnb doit désormais faire face à l’entrée en vigueur de la loi Elan (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique), qui vient d’être adoptée à l’Assemblée nationale et au Sénat après un marathon législatif de six mois. Ce texte prévoit notamment de sanctionner les plateformes de location entre particuliers avec des amendes allant jusqu’à 50 000 euros pour chaque annonce publiée ne respectant pas la législation française. Pour rappel, la limite légale en vigueur en France est fixée à 120 nuitées par an.

Cependant, les craintes et la défiance des autorités françaises n’entament pas la confiance d’Airbnb qui continue de se diversifier pour enrichir l’expérience des voyageurs. Après avoir dévoilé fin 2016 son projet multi-services «Trips», qui a introduit des activités proposées par des habitants de la région dans laquelle se trouvent les touristes ainsi que des itinéraires personnalisés ou encore des lieux à visiter, la plateforme américaine a lancé cette année «Airbnb Plus», une gamme de logements triés sur le volet, et «Beyond Airbnb», une sélection de propriétés de luxe où le client a accès à un service de conciergerie qui organise son séjour pour lui concocter une offre sur-mesure (activités, restaurants…). L’objectif ? Rassurer le voyageur et devenir une plateforme transgénérationnelle, s’adressant aussi bien aux Millennials qu’aux grands-parents ou aux voyageurs d’affaires, indique Emmanuel Marill. Avec ce dispositif, Airbnb se fixe pour objectif d’accueillir un milliard de voyageurs par an d’ici 2028.

Airbnb : les données clés

Fondateurs : Brian Chesky, Joe Gebbia et Nathan Blecharczyk
Création : 2008
Siège social : San Francisco
Activité : location de logements entre particuliers

Tags
Plus d'infos

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer