ActualitéBusinessMedia

[3 questions à] Gilles Freissinier, directeur du pôle web d’Arte France

Programmes interactifs, web-documentaires, social TV, audience web, vidéos online, investissements numériques… Frenchweb fait le point avec Gilles Freissinier, Directeur du pôle web d’Arte France, sur la stratégie numérique de la chaîne. Les détails.

[FW] Quel bilan pouvez-vous faire des derniers projets numériques mis en place par Arte France ?

Gilles Freissinier : »Les derniers projets numériques développés par Arte France ont permis de réaffirmer la capacité d’innovation de la chaîne en matière de création numérique, d’affiner les liens entre la chaîne et l’univers du web, et d’accentuer notre stratégie Social TV en phase avec les usages.

En termes d’innovation, des projets comme le web-documentaire « Alma », la BD interactive « Anne Franck au pays du manga », les séries de format court participatives comme « Le Futur selon vous » ont permis au site d’Arte d’attirer un public toujours plus nombreux en faisant preuve de réelles innovations narratives ou techniques au sein d’interfaces simples d’utilisation. Nous sommes donc dans notre mission de création et d’innovation sur le fond et sur la forme : c’est le cas avec « Professeur Cyclope », première BD sur tablette.

La stratégie mise en œuvre par ARTE ces derniers mois autour du numérique a également permis le lancement le 22 avril d’un nouveau site proposant une ergonomie simplifiée et une réelle compatibilité avec les différents devices (responsive design). Ces évolutions techniques doivent aussi nous permettre d’aller encore plus loin dans la création de contenus pour le numérique, que ce soit pour la production des contenus purement web ou pour l’enrichissement des programmes de l’antenne à travers des dispositifs adaptés aux usages et au monde du numérique (sites évenementiels, relais sur les réseaux sociaux, dispositifs second écran ou participatifs). Cela est déjà le cas avec le site de datavisualisation accompagnant le documentaire de Raoul Peck « Haïti Assistance mortelle » ou encore la plateforme participative et d’initiation « Green Guerilla » en lien avec la série documentaire « Naturopolis ».

Ces derniers projets nous ont également permis d’accentuer notre stratégie Social TV avec, par exemple, le dispositif web et réseaux sociaux que nous avons mis en œuvre lors de la diffusion de la série « Real Humans ». Nous avons développé un site de vente de robots en ligne, le « hubot market » (faux site évidemment !) pour proposer une version virtuelle d’un lieu existant réellement dans la série TV. Nous avons poussé la logique jusqu’à créer le compte Twitter du directeur de la boutique @Jonasboberg. La pertinence du site et son niveau de détail (il est possible, par exemple, de téléphoner au service client) en font un outil fortement prisé par les fans de la série car il permet d’avoir accès à des contenus originaux sur le web. Nous avons complété ce dispositif par un accompagnement efficace sur les réseaux sociaux : live-tweet tous les soirs de diffusion de la série sur Arte, utilisation de Facebook pour faire du teasing en amont et diffuser des contenus complémentaires pour les fans (mèmes…). Au succès d’audience de la série à l’antenne, s’est ajouté celui sur le web avec une forte audience de Real Humans en catch up sur ARTE+7, la présence du #RealHumans en trending topic sur Twitter lors des diffusions des épisodes le jeudi soir et le partage soutenu des contenus sur Facebook. »

[FW] Quel est le montant de vos investissements sur le numérique? Quels sont les points de croissance et la part d’audience attendue sur le numérique pour 2013?

Gilles Freissinier : « Dans une logique de réflexion bi-média (TV et web) sur les programmes de l’antenne et les contenus numériques, les investissements d’Arte France dans les programmes ont vocation à nourrir et enrichir les plateformes numériques. Ainsi, le pôle web intervient dans la réflexion éditoriale globale et poursuit sa politique de production web originale, tout en enrichissant les contenus de l’antenne et en s’assurant d’une circulation de plus en plus importante entre antenne et web. Pour être précis, le montant global des investissements en programmes d’Arte France est de 145,5 M€ en 2013.

En termes d’audience, les objectifs du projet de groupe en 2013 sont de 9M de visites mensuelles en moyenne et 6,7M de vidéos vues chaque mois en moyenne sur ARTE+7.
Nous avons largement dépassé ces objectifs, notamment grâce aux différents projets évoqués précédemment. Nous avons obtenu une audience de 12,5M de visites en mars 2013 (sources Xiti, certifiées OJD), soit une hausse de plus de 40% par rapport à mars 2012. Concernant ARTE+7, nous sommes à plus de 8,1M de vidéos vues en mars 2013 (+45% vs mars 2012). »

[FW] Quelle est votre stratégie sur la Social TV cette année? Vous avez d’ailleurs travaillé avec l’agence Darewin pour certains de vos dispositifs, comment se matérialise cette collaboration?

Gilles Freissinier: « Comme nous l’avons proposé sur « Real Humans », nous allons intensifier notre stratégie Social TV dans les prochaines semaines.

Nous réfléchissons donc à ces questions et usages dès la mise en œuvre d’un projet (quel que soit le genre du projet) et le faisons en cohérence avec la ligne éditoriale d’ARTE.
Afin de favoriser l’engagement du public et les conversations avant la diffusion des programmes, nous allons optimiser l’intégration sociale du site arte.tv et accentuer notre animation des réseaux sociaux.
Pour faciliter la découverte des programmes via les réseaux sociaux en direct, nous allons pousser l’intégration des réseaux sociaux à l’antenne, tout en poursuivant notre logique de live-tweet efficace sur les séries et les documentaires de société.
Nous allons proposer des dispositifs d’enrichissement de l’expérience TV en temps réel. Ce sera le cas le 4 juin lors de la diffusion du documentaire événement « Futur par Starck ». A l’occasion de la diffusion de ce documentaire, une ambitieuse proposition d’accompagnement second écran sera proposée. Le téléspectateur connecté pourra ainsi disposer de contenus enrichis, voter et réagir sur les sujets évoqués dans le documentaire et partager ses points de vue sur les réseaux sociaux.

Nous avons également pour objectif de favoriser les interactions entre le public et les journalistes ou les participants à des émissions. Des dispositifs de Social TV seront donc développés à l’occasion de débats événementiels de l’antenne afin d’intégrer les remarques et questions du public dans l’émission.

Pour mettre en œuvre cette stratégie Social TV de façon efficace, le pôle web d’ARTE France travaille en étroite relation avec les unités de programmes de l’antenne, les producteurs de programmes, les auteurs et des agences spécialisées qui ont développé une expertise sur ces sujets. Par exemple, sollicitée et pilotée par le pôle web d’ARTE France, l’agence Darewin est intervenue sur l’émission « 28 minutes » en support à l’équipe de production pour mettre en œuvre un dispositif d’animation sur les réseaux sociaux, en interaction avec l’antenne. Pour refléter l’importance et la richesse du débat au sein de l’émission, l’agence a développé une agora sur le site arte.tv. Cette plateforme Internet permettait aux téléspectateurs de réagir, de poser des questions avant et après les émissions sur Twitter. »

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[3 questions à] Gilles Freissinier, directeur du pôle web d’Arte France
Le PDG de Spotify s’engage à investir 1 milliard d’euros dans les DeepTech européennes
Pour le lancement d’une innovation numérique, faut-il opter pour un effet d’annonce?
Covid-19: des grandes écoles tentent le campus virtuel
Apple: les éditeurs de presse dénoncent une commission « excessive » sur l’App Store
Après Google et Microsoft, Amazon lance son service de jeux vidéo à la demande
[DECODE Quantum] A la rencontre de Bruno Desruelles, CEO de Muquans