Actualité

[3 questions à] Nathalie-Christen Genty, fondatrice de Melijoe

Fondé par Nathalie-Christen Genty en 2007, le site de mode enfantine en ligne Melijoe a récemment bouclé une levée de fonds de 1,7 million d’euros auprès du fonds CM-CIC Capital Privé . Une opération qui porte le montant total des fonds levés à 5 millions d’euros.

Grâce à cette augmentation de capital, la start-up, qui compte aujourd’hui 34 employés, entend étoffer les équipes des pôles service client, graphisme et éditorial. Au menu également, le renforcement de sa croissance côté marketing et achats. En ligne de mire : un développemnt plus poussé en Europe, en Russie, au Moyen-Orient et aux États-Unis.

La plateforme marchande revendique aujourd’hui un chiffre d’affaires supérieur à 10 millions d’euros avec une croissance située entre 35% et 60% selon les pays. Melijoe a d’ailleurs réalisé 45% de son chiffre d’affaires à l’international sur l’exercice précédent et compte pousser ce pourcentage à 75% à l’horizon 2015.

Les détails des ambitions de croissance de Melijoe avec Nathalie-Christen Genty.

[FW] Comment expliquez-vous votre forte activité à l’international ? Vous parlez d’un développement en Europe, en Russie, au Moyen Orient et aux Etats-Unis. Y’a-t-il, selon vous, un pays plus porteur que les autres ?

Nathalie-Christen Genty: « Premièrement : notre offre. Le rayonnement de certaines marques que nous distribuons n’a pas de frontière, comme par exemple Dolce & Gabbana, Sonia Rykiel, Fendi, Paul Smith, Ralph Lauren, Scotch & Soda et bien d’autres. Ces marques à forte notoriété internationale attirent d’emblée chaque jour, via les moteurs de recherches, des visiteurs de toutes les zones géographiques. Une fois sur le site, nos consommatrices découvrent d’autres pépites qu’elles ne connaissaient pas, mais toujours très « mode », très pointues et de qualité incomparable. Deuxièmement : nous faisons un maximum afin de lever les freins à l’achat. En effet, le site s’adapte automatiquement au pays d’où le client se connecte : une offre ciblée en fonction du climat, de la langue et de la monnaie. D’autre part, nous proposons le prépaiement des frais de douanes et des taxes sur le site (DDP) en fonction du pays et facilitons les retours marchandises à l’aide du service d’enlèvement d’UPS. Par ailleurs, nos investissements marketing et communication sont essentiels et continus (référencement naturel et payant, stratégie RP dans les pays phares, etc.).

Concernant nos zones de développement, certains pays sont porteurs en volume mais leur clé d’entrée est onéreuse et risquée. À l’inverse, d’autres sont intéressants en termes de retour sur investissements mais dont les potentiels volumes peuvent être plus restreints. Ces deux exemples illustrent une réalité : aujourd’hui, il y a des pays plus matures que d’autres en termes de pénétration e-commerce et de consommation de luxe. Nous ne négligeons aucune région et avons un plan d’action pour chacune d’elles. L’idée est de trouver le bon équilibre d’investissement par pays. »

[FW] Comment vous positionnez-vous face à des concurrents comme Little Fashion Gallery ?

Nathalie-Christen Genty: « Le pourcentage d’overlap entre Melijoe et ses concurrents français est très faible. Autrement dit, le pourcentage de références en commun est quasi-inexistant pour des raisons stratégiques. Melijoe est un pur vertical « mode enfant » sans diversification sur le jouet, le mobilier ou la décoration. De plus, sur le prêt-à-porter, nous nous concentrons sur des griffes à forte notoriété internationale et souvent haut-de-gamme (aujourd’hui nous ne distribuons pas de créateurs plus confidentiels ou plus locaux).

Ainsi nous n’avons pas la même offre et donc pas les mêmes profils de clients que LFG, dont nous apprécions le travail par ailleurs ».

[FW] Quels sont vos prochains axes de développement ? Des ambitions chiffrées ? Envisagez-vous de revendre Melijoe, à l’image de la cession de Net- à-porter ?

Nathalie-Christen Genty: « Peut-être une marque en propre, un site avec encore plus de contenu, un service VIP… Nous vous donnons rendez-vous pour une rentrée des classes encore plus mode ! Par ailleurs, nous tablons sur une zone export qui pèse 75% du CA d’ici 2015. Le marché de la mode enfant est en plein essor. La demande se développe et nous voyons de plus en plus de marques de prêt-à-porter « adulte » se lancer dans l’enfant. Melijoe a aujourd’hui tous les atouts pour croître, l’équipe grouille de talents, est soudée et motivée par le concept donc, pour répondre à votre dernière question, l’avenir nous le dira ! »

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

2 commentaires

  1. Si j’ai bien compris, Melijoe est une boutique multimarque en ligne comme celle qu’il y a pas loin de chez moi mais qui elle est réelle.
    Quand je vais leur dire qu’une boutique comme la leur mais complètement virtuelle a levé 5 millions, ils vont halluciner !

    1. La différence est que le marché de Melijoe c’est le 2.7 milliards d’internaute dans le monde quand le marché de la boutique physique est les x milliers d’habitants aux alentours …

[3 questions à] Nathalie-Christen Genty, fondatrice de Melijoe
La startup britannique Healx lève 56 millions de dollars pour lutter contre les maladies rares
Le Royaume-Uni déclenche une enquête sur l’entrée d’Amazon dans Deliveroo
[DECODE] Que disent les acquisitions de Google (Alphabet) sur sa stratégie?
1789, CCMSA, Groupe Retif : focus sur les offres d’emploi du jour
Supprimer la main d’oeuvre, prochaine étape de la micromobilité?
Huawei
Malgré les sanctions américaines, Huawei annonce un chiffre d’affaires en hausse
Copy link