ActualitéAmérique du nordBusinessDistributionTech

Amazon devient le numéro un mondial des dépenses en R&D

Amazon continue de faire tomber les records. Le géant américain du commerce en ligne, qui représentera presque la moitié du e-commerce aux États-Unis (44%) en 2017, a ainsi consacré une enveloppe de 16,1 milliards de dollars à la R&D lors de son dernier exercice fiscal (clos au 30 juin dernier) selon PwC. Avec un tel budget, Amazon devient ainsi le champion mondial des dépenses en R&D et détrône le constructeur allemand Volkswagen (12,1 milliards de dollars), qui chute à la cinquième place du classement des 1 000 entreprises les plus innovantes réalisé par le cabinet de conseil en stratégie. Alphabet, la maison-mère de Google (13,9 milliards de dollars) et Intel (12,7 milliards de dollars) complètent le podium.

Au cours de ces derniers mois, la marketplace américaine s’est distinguée en dévoilant notamment fin 2016 Amazon Go, un concept d’épicerie high-tech où le client n’a plus besoin de passer à la caisse pour payer. Des pouces et des capteurs se chargent de comptabiliser les produits embarqués par le consommateur avant d’automatiquement débiter le client sur son compte Amazon. En décembre 2016, Amazon avait également marqué les esprits en effectuant pour la première fois une livraison par drone au Royaume-Uni. Entre la commande en ligne et la livraison, seulement 13 minutes s’étaient écoulées.

Offensive d’Amazon dans l’épicerie connectée

Dans l’optique de s’imposer dans le commerce physique, Amazon avait réalisé un gros coup en juin dernier en s’offrant la chaîne de supermarchés bio Whole Foods Market pour 13,7 milliards de dollars, soit la plus grosse acquisition d’Amazon depuis sa création. Sur le marché de l’épicerie, le mastodonte de Seattle a également lancé Amazon Fresh, son service de livraison de produits frais, surgelés et d’épicerie. A ce dispositif, la marketplace a décidé d’y greffer le service de drive-in Amazon Fresh Pickup. Ce dernier permet aux abonnés d’Amazon Prime de venir récupérer leurs courses à partir d’un quart d’heure après avoir passé leur commande en ligne, le tout sans sortir une seule fois de leur véhicule.

Fort de ses innovations et de son poids croissant dans l’e-commerce américain et mondial, Amazon a présenté des résultats supérieurs aux attentes au troisième trimestre 2017. Entre juillet et septembre, le géant américain a ainsi généré 43,7 milliards de dollars de chiffre d’affaires, soit une progression de 34% par rapport à la même période l’an passé. Au troisième trimestre, les ventes en Amérique du Nord s’élèvent à 25,4 milliards de dollars, en hausse de 35%, tandis que les ventes à l’international augmentent de 29%, pour atteindre 13,7 milliards de dollars. En revanche, le bénéfice net a peu augmenté, à 256 millions de dollars, contre 252 millions de dollars en 2016.

Cette faible hausse du bénéfice net s’explique principalement par les dépenses d’exploitation du groupe, qui ont explosé de 35%, à 43,4 milliards de dollars, en raison de ses investissements dans sa logistique e-commerce, son offre Prime et sa politique de contenus pour Prime Video. Actuellement, Amazon teste un nouveau de service de livraison sur le territoire américain. Pour l’heure, il s’agirait seulement pour Amazon de compléter les capacités d’UPS et de FedEx, mais à terme, la marketplace américaine pourrait disposer de son propre réseau de logistique complet. Selon Citigroup, Amazon pourrait économiser plus d’un milliard de dollars par an en se passant des services d’UPS et de FedEx.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This