ActualitéAmérique du nordDistribution

Amazon veut sa part du gâteau dans la livraison de repas

Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, ne compte visiblement pas rester absent sur le marché de la livraison de repas. Le géant de Seattle a publié une quinzaine d’offres d’emplois sur sa plateforme de recrutement pour une nouvelle division : Amazon Restaurants, rapporte Reuters.

Concurrencer GrubHub… et Uber

Cette nouvelle structure, qui serait spécialisée dans la livraison de repas, ciblerait deux villes en particulier : Seattle et New York. L’agence précise également que cinq membres de LinkedIn ont déjà mis à jour leur profil, ajoutant «Amazon Restaurants» comme employeur. Si l’information venait à être confirmée, Amazon attaquerait en frontal de nombreux acteurs américains, comme GrubHub, un poids lourd du marché qui a levé plus de 190 millions de dollars en 2014 lors de son introduction en Bourse.

Pourtant, ce n’est pas la première fois que la firme de Jeff Bezos expérimente un tel service. A Seattle, l’entreprise teste «Amazon Local», un site de bonnes affaires où les internautes peuvent notamment commander en ligne des plats à emporter chez les restaurateurs.

Levées de fonds records dans le secteur

Le terrain n’est cependant pas vierge pour Amazon puisque d’autres géants du Web se sont lancés dans la livraison de repas. C’est notamment le cas d’Uber, avec son service UberEats, disponible à New York, San Francisco ou encore Chicago, mais aussi en Europe, à Barcelone.

Le secteur de la livraison de repas est en pleine ébullition. En Europe, les start-up multiplient les levées de fonds records pour se développer et prendre une position significative. Il y a quelques jours, le Belge Take Eat Easy rassemblait 10 millions d’euros auprès d’investisseurs. Et le Britannique Deliveroo en réunissait 25 millions en début d’année. Rocket Internet, le groupe allemand spécialisé dans les services sur Internet, investissait plusieurs centaines de millions dans Delivery Hero et HelloFresh. Le marché mondial de la livraison de repas pourrait peser 90 milliards d’euros d’ici à 2019, d’après Rocket Internet.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This