ActualitéTech

[Application mobile] Quand Groland détourne iOS et Android

L’application Groland, transforme  l’iPhone en groPhone, l’iPad en groPad et les smartphones Android en Groïd. Développée par l’agence de communication digitale Supergazol en collaboration avec la direction des nouveaux contenus de Canal+, elle réussit à décliner avec la juste dose d’humour l’univers de l’émission satirique de la chaîne cryptée.

Comme la Présipauté est un état dans l’état, l’application est un OS dans les OS Apple et Android. Les environnements y sont détournés avec l’accord préalable des deux éditeurs, et on note au passage une plus grand latitude parodique pour Android que pour Apple. Pas vraiment une surprise même si sous iOS, l’application s’ouvre avec une poire !

Au delà de cette dimension humoristique, l’application se révèle très riche en contenus et en détournements parmi lesquels :

  • Géolocalisation dans les lieux mythiques du Groland avec Groglemap
  • Les meilleurs sketches de l’émission par thème et l’émission en live, chaque semaine sur GroTube
  • Les photos dans Grockr, les clips et le meilleur de la musique dans GroTunes
  • Le réseau social TroncheBook
  • Les personnages cultes de Groland (Michael Kael, Franki Ki, Moustic) peuvent appeler à tout moment pour un appel personnalisé

Entretien dans le décor de Groland avec Jules-Edouard Moustic, Jean-François Bouillot (Directeur de création et co-fondateur de Supergazol) et Gilles Freissinier (Direction des nouveaux contenus de Canal+).


Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

[Application mobile] Quand Groland détourne iOS et Android
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link