Marketing & CommunicationTech

[Application] Weddar, la météo participative arrive en France

Lancée il y a quelques mois, l’application météo Weddar, vient de franchir les frontières de l’Hexagone. Gratuit, ce service sort du lot parmi la flopée d’offres déjà existentes.

En effet, basée sur une logique de crowdsourcing, l’application propose à chaque utilisateur d’indiquer la sensation météorologique réellement perçue et ressentie en fonction de l’endroit où il se trouve. Fini le « Paris, 17°C, 76% humidité » et bienvenus aux « Montmartre. Super temps. Mais un peu de vent » ou « Quartier Latin. Parfait, grand soleil ».

Comme l’explique un billet de Benoît Raphaël: « Weddar s’appuie sur la force de sa communauté pour fournir une carte du temps hyperlocale. » Résultat: des informations beaucoup plus précises que n’importe quel service météo.

Seul bémol, il n’est pas possible de savoir à l’avance quel temps il fera à tel endroit ou à un autre.

Disponible en Français depuis une semaine sur l’App Store, une version française sous Android devrait, elle, bientôt être disponible.

Les créateurs de l’application, au Portugal et non aux Etats-Unis comme nous l’avons pensé – par habitude ! – revendiquent 80 000 téléchargements réalisés depuis 92 pays et 320 000 notifications effectuées à partir de 7 500 lieux différents.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
[Application] Weddar, la météo participative arrive en France
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Réseaux sociaux: Cédric O dénonce « l’opacité » des algorithmes et du système de modération
Covid-19: la révolution numérique pour préserver l’emploi?
Face à Amazon, Microsoft s’allie à SpaceX (Elon Musk) pour muscler son offre cloud
Malgré son activité cloud, IBM affiche des revenus en baisse pour le troisième trimestre d’affilée
Face à Samsung, SK Hynix rachète l’activité de puce-mémoire NAND d’Intel pour 9 milliards de dollars