Data RoomMarketing & CommunicationTech

[Applications mobiles] Que font-elles vraiment de nos données personnelles ?

Identifiants, liste de contacts, âge, sexe, localisation, numéro de téléphone… Quelles informations sont récupérées lorsque vous utilisez Foursquare, Instagram ou encore Angry Birds depuis votre smartphone ? A qui ces données sont-elles revendues ? Le propriétaire de l’application est-il le seul à les récupérer ou sont-elles également communiquées à d’autres sociétés ? Difficile pour les mobinautes de faire la part des choses.

Path, Twitter, Facebook… Les polémiques ne cessent d’enfler autour de la protection des données personnelles et de leurs utilisations. Véritables mines d’or, celles-ci sont généralement exploitées à des fins marketing et commerciales. L’explosion du nombre d’ applications mobiles ne fait donc que donner de la pertinence à nos interrogations.

L’application What They Know, développée par le Wall Street Journal et dénichée par Helloblog.fr, offre une vision claire et synthétique des données récupérées et de leurs destinations. Au total, 101 applications ont été passées au crible. Le tout est donc de savoir « Who is watching you » ?

Ainsi, à titre d’exemple, l’application What They Know nous indique que lorsque vous utilisez l’application Angry Birds depuis votre smartphone, votre nom d’utilisateur, identification de téléphone, liste de contacts et localisation sont communiqués à Google ainsi qu’à la société Chillingo. Votre géolocalisation et identification de téléphone sont également transmises à une autre start-up baptisée Flurry. En résumé, seul votre âge, votre sexe et votre numéro de téléphone semblent rester à l’abri de ce juteux marché!

Sauvé ? Pas vraiment… En effet, si Angry bird ne récupère pas ces données, Foursquare s’en charge ! La célèbre application de check-in récolte ainsi votre nom d’utilisateur, votre numéro de téléphone, votre âge et votre sexe, et bien évidemment votre géolocalisation, qui sera également communiquée à Google et Twitter !

Bref, la liste est encore longue… On vous laisse donc tester directement cette application terriblement déconcertante !

Un commentaire

  1. Bonjour,

    La loi informatique et libertés impose que les données soient collectées et traitées de manière loyale et licite (c’est l’article 6 de la loi de 1978).

    Les sanctions sont sévères en droit, puisque le fait de collecter des données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 300.000 € d’amende (1.500.000 euros lorsque l’auteur de l’infraction est une entreprise).

    La CNIL, comme tout citoyen, a tout pouvoir pour déférer ces infractions au procureur de la République.

    Le problème est en fait paradoxal : tout le monde se sent concerné par des diffusions de données personnelles, mais pas au point de saisir la justice…

    Donc finalement la question qui se pose est : est-ce qu’il y a une réelle préoccupations pour les données personnelles, et à quoi sert réellement la loi si personne n’y a recours ?

Bouton retour en haut de la page
[Applications mobiles] Que font-elles vraiment de nos données personnelles ?
Les consommateurs ont-ils davantage confiance dans l’identité numérique ?
Cybersurveillance: l’entreprise française Nexa Technologies mise en examen pour « complicité de torture » en Egypte
[DECODE Quantum] Rencontre avec Alexia Auffeves, Directrice de Recherche au CNRS
Publicités politiques: la Commission européenne veut imposer la transparence aux plateformes
Tencent (WeChat) se voit imposer un contrôle de ses apps par les autorités chinoises
Du Next 40 au CAC 40 : la France doit désormais convaincre ses licornes d’entrer en Bourse