AcquisitionActualité

Atos rachète la branche informatique de Xerox pour s’américaniser

Coup d’accélérateur vers l’Amérique pour Atos. Le groupe français annonce ce 19 décembre avoir conclu un accord avec l’Amériain Xerox pour prendre le contrôle de sa filiale informatique. Le montant de la transaction atteint 1,05 milliard de dollars (soit 855 millions d’euros) hors ajustements pré-signature, avec 50 millions de dollars complémentaires sous condition de certains éléments à la signature finale.

Le groupe français précise dans un communiqué que cela va lui permettre de tripler sa taille aux Etats-Unis. Xerox et Atos comptent en outre renforcer leur « coopération stratégique mondiale pour travailler sur des projets d’innovation communs ainsi qu’à une démarche de commercialisation conjointe », précisent-ils dans un communiqué.

Sur 2014, le chiffre d’affaires de la branche IT de Xerox est estimé à 1,050 milliard de dollars. Cette filiale emploie environ 9 800 personnes dans 45 pays, dont 4 500 sont localisés aux Etats-Unis et plus de 3 800 dans des pays tels que l’Inde, les Philippines, et le Mexique. « L’équipe managériale de Xerox ITO va rejoindre Atos » précise le groupe français.

Cette annonce a provoqué une hausse de l’action d’Atos de plus de 5%, à l’ouverture de la Bourse de Paris.

Lire aussi:

>> Fusion entre Steria et Sopra : Atos a également formulé une offre de rachat

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Tags

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Atos rachète la branche informatique de Xerox pour s’américaniser
Royaume-Uni: Nokia signe son premier contrat 5G depuis l’exclusion de Huawei
eSport : PandaScore lève 5 millions d’euros auprès de la FDJ, Serena et Alven
S’adapter: le maître-mot des artisans et des boutiques depuis le confinement
Cryptoactif: Bitpanda lève 52 millions de dollars auprès du fonds de Peter Thiel 
Comment Cafeyn profite de la crise pour se renforcer
Play Store: Google se veut plus strict sur le paiement de la commission