AcquisitionActualitéAmérique du nordBusinessEuropeInvestissementsTransport

Autopartage: racheté par l’Américain Getaround, Drivy poursuit son ascension

Le Français Drivy, spécialisé dans l’autopartage, est tombé dans l’escarcelle de l’Américain Getaround. La transaction s’élève à 300 millions de dollars. Cette fusion permet à Getaround de s’étendre à l’Europe via les pays où opéraient déjà Drivy: la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Autriche, la Belgique et le Royaume-Uni.

Le nouvel ensemble revendique à présent cinq millions d’utilisateurs dans 300 villes aux États-Unis et en Europe.

47 millions d’euros levés

Basé à Paris, Drivy a été fondé en 2010 par Paulin Dementhon. La start-up était parvenue à lever au total 47 millions d’euros auprès de Cathay Innovation, Nokia Growth Partners, Mobivia ou encore BpiFrance. Elle avait également procédé à plusieurs acquisitions pour grossir au cours de son histoire comme celle de Buzzcar ou encore Livop. L’entreprise revendiquait deux millions et demi d’utilisateurs avant son rachat. De son côté, Getaround a vu le jour à San Francisco en 2009 et a été fondé par un trio d’entrepreneurs: Elliot Kroo, Jessica Scorpio et Sam Zaid.

Ces dernières années, les deux entreprises avaient évolué pour proposer une solution d’autopartage connectée qui permet aux utilisateurs de localiser et de déverrouiller les véhicules grâce à leur téléphone et qui évite ainsi aux locataires et aux propriétaires de se rencontrer pour la remise des clés.

« Disposer d’une technologie connectée, d’une expérience utilisateur fluide et d’une flotte dense »

Les solutions d’autopartage répondent aux besoins des habitants des grandes villes pour qui posséder une voiture au quotidien n’est pas nécessaire mais qui peuvent en avoir besoin de façon ponctuelle. De l’autre côté, elles permettent aux propriétaires de véhicules d’amortir le coût de possession de leur voiture.  «Nous sommes ravis d’unir nos forces à celles de Drivy pour nous rapprocher davantage de notre objectif: un monde dans lequel tous les véhicules sont connectés et partagés”, a commenté Sam Zaid, co-fondateur et CEO de Getaround.

«Disposer d’une technologie connectée, d’une expérience utilisateur fluide et d’une flotte dense est essentiel pour rendre l’usage d’une voiture partagée plus pratique que de posséder son propre véhicule. Getaround est le partenaire idéal pour atteindre cet objectif, car nos entreprises se ressemblent tout en étant complémentaires dans de nombreux aspects de notre activité, sur le plan de la géographie ou de l’acquisition de flottes par exemple», a de son côté  déclaré Paulin Dementhon, CEO de Drivy.

OuiCar, TravelCar…

Le marché de l’autopartage s’est consolidé ces dernières années et a laissé plusieurs start-up sur le carreau comme cela a été le cas avec la liquidation judiciaire de Tripndrive en 2017. On assiste d’un autre côté à des rapprochements qui permettent aux entreprises du secteur de se renforcer, le groupe PSA a par exemple récemment mis la main sur TravelCar. Preuve aussi que les constructeurs ont conscience que l’avenir de l’automobile passera également par l’autopartage.

Avec avec ce rachat, Drivy prend une longueur d’avance sur son principal concurrent français OuiCar, dont la SNCF est l’actionnaire majoritaire, et qui revendique plus de 2 millions d’utilisateurs et un parc de 30 000 voitures à louer dans l’ensemble de la France. La société créée en 2012 par Marion Carrette commence tout juste son expansion européenne et déploiera son service en Espagne cet été, avec l’objectif d’être présent dans six pays européens au cours des deux prochaines années.

À noter qu’à la suite du rachat, Paulin Dementhon conservera son poste de CEO pour la zone Europe, de même que les autres membres de l’équipe de direction de Drivy, pour superviser les activités européennes.

Tags

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRHMerci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction.frenchweb@decode.media

Un commentaire

  1. J’autopartage ma voiture chez Drivy, j’étais fier et content de pouvoir dépanner des gens et faire tourner l’économie française…
    Mais l’argent est plus fort que tout alors maintenant dites-vous que chaque fois que vous louerer votre voiture, et bien la commission ira directement alimenter des fonds de pension américains et japonais.
    Et là je dis non et j’espère que vous comprendrez et que vous ferez de même..
    Drivy à faire en sorte de couler koolicar pour mieux se faire racheter… alors je vais passer chez ouicar en espérant que notre société française viendra contrecarrer cette connerie..
    Les gens avaient déjà du mal à s’habituer à l’anglicisme du mot Drivy mais avec ce mot get around vous faites une belle connerie, les Français veulent du français consommer français vivre français et arrêter d’alimenter ces fonds étrangers..
    Vous êtes fier de vous tant mieux, prenez vos 300 millions mais barrez-vous vous n’êtes qu’un traître de plus à la nation..

Autopartage: racheté par l’Américain Getaround, Drivy poursuit son ascension
La startup Element AI lève 150 millions de dollars pour aider les entreprises à adopter l’intelligence artificielle
Vers la fin des contenus clickbait sur Google?
WeWork confirme son intention d’entrer en Bourse et restreint les pouvoirs de son PDG
[DECODE] Comment Instagram a fait exploser ses revenus publicitaires
Les offres d’emploi de la semaine
Des employés à temps partiel de Whole Foods (Amazon) privés de leurs avantages médicaux
Libra: « Nous n’avons pas vocation à jouer les pirates »
[Made in Bordeaux] Ça bouge dans l’écosystème!
Enquête aux Etats-Unis sur un système de freinage automatique de Nissan
Téléconsultation: la consolidation se poursuit avec le rapprochement des startups Medadom et Docadom