AcquisitionActualitéEuropeLes levées de fondsTransport

Drivy passe la vitesse supérieure avec 8 millions d’euros de plus et l’absorption de Buzzcar

Drivy veut enclencher la vitesse supérieure. Cette start-up parisienne édite un site de location de véhicules entre particuliers. Elle vient de boucler une troisième levée de fonds de 8 millions d’euros et absorbe par la même occasion drivy-buzzcarl’un de ses principaux concurrent français: Buzzcar. La communauté de Drivy (initialement Voiturelib) progresse ainsi de 100 000 membres et 7 000 propriétaires de véhicules, pour atteindre 26 000 voitures et 500 000 utilisateurs au total à ce jour.

« Les équipes de Buzzcar rejoignent celles de Drivy. Les clients de Buzzcar deviennent membres de Drivy », annonce Paulin Dementhon, fondateur et président de la société.

Drivy se servira aussi d’une partie de ces 8 millions d’euros pour recruter des ingénieurs et développeurs afin de travailler sur ses applications web et mobile. « Le mobile va jouer un rôle toujours plus important dans la simplification des locations, et nous allons annoncer beaucoup de nouveautés dans les mois qui viennent », lâche le fondateur de la start-up.

Index Ventures, Alven Capital, Bpifrance et Mobivia au capital

paulin-dementhon-drivy
Paulin Dementhon. Crédit: Marc G Gauthier

La société ne dévoile pas son chiffre d’affaires mais assure que celui-ci a été multiplié par trois chaque année depuis deux ans. 50% des 600 000 journées de location ont été conclues ces six derniers mois. Pour rappel, le modèle économique de la start-up est basé sur le prélèvement d’une commission de 30% (qui regroupe le coût de l’assurance et le montant de la marge). Par exemple, la location d’une voiture pour un week-end à Paris coûte 60 euros. Sur cette somme, 42 euros vont au propriétaire du véhicule, environ neuf euros servent à payer l’assurance et le reste rémunère Drivy.

Drivy avait déjà levé 2 millions d’euros en 2012 et 6 millions d’euros en 2014 auprès d’Index Ventures et Alven Capital. Ces actionnaires historiques ont participé au troisième tour de table annoncé ce jeudi. Ils sont rejoints par le fonds Écotechnologies de Bpifrance et par Mobivia, l’actionnaire de Buzzcar, qui a souhaité investir dans la société en plus de l’apport de ses actions Buzzcar.

« Nous voulons être présents dans une dizaine de pays européens d’ici deux ans »

D’un point de vue plus marché, le mouvement de concentration se poursuit dans le domaine de la location de véhicules entre particuliers. Buzzcar avait racheté CityZencar en juin 2013. Le concurrent français OuiCar avait racheté Unevoiturealouer.com en avril 2014.

Les Français Deways et Livop continuent en revanche de faire route seuls. Drivy, de son côté, a commencé son extension internationale. Elle s’est lancée en Allemagne en novembre dernier, et sera présente en Espagne d’ici quelques semaines.

« Nous prévoyons de nous implanter dans un quatrième pays européen d’ici la fin de l’année (…) Nous voulons être présents dans une dizaine de pays européens d’ici deux ans, et commencer ensuite à regarder les autres continents », précise Paulin Dementhon.

Snappcar aux Pays-Bas, Social Car en Espagne, Relay Rides aux Etats-Unis… en tout une trentaine de start-up sont sur le même créneau à travers le monde.

Tags

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Drivy passe la vitesse supérieure avec 8 millions d’euros de plus et l’absorption de Buzzcar
Catherine Barba: «J’ai la responsabilité de soutenir les femmes entrepreneures»
Streaming: l’app de musique Qobuz lève 10 millions d’euros auprès de Nabuboto et du Groupe Québecor
XBox: Microsoft rachète la maison-mère des jeux Bethesda Softworks pour 7,5 milliards de dollars
Appels, messages, notifications… les apps de sevrage numérique se démocratisent avec le télétravail
Airbus prépare trois concepts d’avion propulsé à l’hydrogène pour 2035
Comment Califrais veut repenser l’approvisionnement au coeur du marché de Rungis
Copy link