ActualitéBusinessMedia

5 raisons d’être optimiste sur l’avenir des médias

La presse court à sa perte si elle n’évolue pas. L’idée est entendue. Depuis des années, les médias s’efforcent d’opérer de profondes mutations de leur modèle économique et de leur fonctionnement. Digitalisation, monétisation de l’audience, diversification des sources de financement – grâce notamment au développement de l’événementiel-, les évolutions se déroulent sur différents plans.

Pour Dominique Delport, PDG d’Havas Media, 5 raisons laissent penser que l’avenir des médias peut être envisagé avec optimisme:

  • La classe moyenne grandit à travers le monde: dans une présentation, il reprend des informations selon lesquelles le nombre de terriens appartenant à la classe moyenne passera de 1,8 milliards en 2009 à 4,9 milliards en 2030. La croissance de la classe moyenne devrait être de 3,228 milliards d’ici 2030 en Asie pacifique. Le pouvoir d’achat de cette classe grandit également.
  • L’écran mobile devient le premier écran, passant devant la télévision. Le nombre de lecteurs de la presse sur mobile augmente progressivement. Les sources de revenus évoluent, bien que la majeure partie des revenus des médias continuent de provenir des versions papier.
  • L’information prend des formes différentes: priorité à la vidéo, les journalistes sont le média, les lecteurs ont du talent. La relation entre lecteurs et médias évolue (journalisme citoyen, échanges sur les réseaux sociaux ou dans les commentaires, etc).
  • Les données sont de plus en plus exploitées: la data viz, le data journlism, vont se développer, petit à petit.
  • Les technologies se multiplient pour partager des informations en temps réel: drone, GoPro, Google glass…

 

 

 

Bouton retour en haut de la page
5 raisons d’être optimiste sur l’avenir des médias
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Gojob, la startup qui veut revaloriser le statut de l’interim grâce à l’IA
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs