Actualité

Barack Obama veut mettre fin à la défiscalisation des GAFA

Pour faire face aux dispositifs légaux mis en place par les multinationales, notamment les GAFA, pour optimiser leur fiscalité, Barack Obama souhaite mettre en place un double mécanisme fiscal.

D’une part les profits actuellement logés en dehors des Etats-Unis seraient taxés à hauteur de 14%. Ce dispositif permettrait de collecter plus de 238 milliards de dollars. D’autre part, une taxe de 19% serait appliquée sur les profits à venir.

Ces dispositions sont aujourd’hui inscrites dans le projet de budget de l’administration de Barack Obama. Reste à savoir si cette réforme sera approuvée par les deux chambres du Congrès, dans laquelle les Républicains sont majoritaires.

Une telle réforme est également demandée par de nombreux acteurs européens. Hier encore, Stéphane Richard, PDG d’Orange indiquait à l’antenne de RTL « Je veux que ces gens paient des impôts comme nous, là où ils font du chiffre d’affaires et là où ils créent de la richesse, sur nos marchés, dans nos pays »

Reste à savoir si les politiques français et européens auront la même détermination que le gouvernement américain.

crédit photo: Everett Collection / Shutterstock.com

2 commentaires

  1. Petite co(q)uille : ‘D’un part’ -> ‘D’une part’ en début d’article

  2. A qaund un président noir en france ? entre les idiots racistes d’extrême droite, les tortureurs de pauvres de droite, les ajouteurs de loi de gauche et les pendeurs de riches d’extreme gauche; Si seulement on pouvait avoir quelqu’un qui ne soit pas pourri d’idéologies ça serait pas mal.

Bouton retour en haut de la page
Barack Obama veut mettre fin à la défiscalisation des GAFA
[Série C] La startup belge Cowboy lève 80 millions de dollars pour accélérer la vente de ses vélos électriques connectés aux États-Unis
Redressement judiciaire pour Sigfox, à la recherche de nouveaux acquéreurs.
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange