ActualitéBusinessCarTechInvestissementsLes levées de fondsStartupTransport

Bestmile lève 16,5 millions de dollars pour coordonner les flottes de voitures autonomes

Personne n’imagine un aéroport sans tour de contrôle pour assurer la circulation des avions. Quid des voitures autonomes ? En effet, avec la course effrénée aux véhicules sans chauffeur, qui était centrée jusque-là sur la conception et le déploiement de ces voitures bardées de technologies, avec les capteurs LiDAR notamment, se pose désormais la question de la gestion des flottes de véhicules autonomes. 

Car si des acteurs comme Uber, Waymo ou Tesla vont proposer leur propre service de réservation de voitures autonomes avec un système d’exploitation dédié, d’autres entreprises privées ou publiques pourraient se tourner vers un logiciel SaaS développé par une start-up pour assurer la gestion de leur flotte de véhicules sans chauffeur. C’est du moins la conviction de la start-up suisse Bestmile.

20 millions de véhicules autonomes sur les routes d’ici 2025

Basée à Lausanne, elle vient de lever 16,5 millions de dollars auprès de Blue Lagoon Capital et Translink Capital. Les investisseurs historiques, à savoir Serena, Road Ventures, Partech Ventures, Groupe ADP et Airbus Ventures, ont également participé à l’opération. Ces derniers avaient déjà épaulé l’entreprise vaudoise lors de son tour de table en série A de 11 millions de dollars en mars 2018.

Fondée en 2014 par Anne Mellano et Raphaël Gindrat, alumnis de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Bestmile développe une plateforme permettant de déployer, gérer et optimiser des flottes de véhicules autonomes, avec des itinéraires fixes ou à la demande, et ce peu importe la marque ou le type de véhicule. La solution de la start-up helvète est également en mesure de prendre en charge les flottes de véhicules traditionnels. Un impératif dans la mesure où les voitures autonomes ne vont pas remplacer du jour au lendemain les véhicules actuellement en circulation. Gérer des flottes hybrides apparaît donc comme le principal défi pour Bestmile. Selon le cabinet Juniper Research, il y aura 20 millions de véhicules autonomes sur les routes d’ici 2025.

Une tour de contrôle pour répondre à la demande en temps réel

Avec un tel dispositif, la société, qui possède des bureaux à San Francisco pour gérer la partie business, peut ainsi permettre aux opérateurs de transport de décider du nombre et du type de véhicules à mettre en circulation pour répondre à la demande. Dans ce cadre, la plateforme analyse les données récupérées par les capteurs des véhicules, l’état du réseau routier et la météo pour optimiser et coordonner les déplacements de toute une flotte de véhicules autonomes. De cette manière, l’expérience utilisateur (temps d’attente, durée du trajet…) est améliorée, tandis que les coûts d’exploitation sont minimisés en ajustant, en temps réel, la capacité de transport.

Parmi ses clients, Bestmile compte des opérateurs de transports publics, des équipementiers de véhicules ainsi que des sociétés de taxis proposant des services de navettes autonomes, de micro-transit, de robots-taxis et de courses classiques. «L’industrie du transport est en plein boom et le marché a de fortes attentes quant aux outils nécessaires pour garantir les performances des services de mobilité», estime Rodney Rogers, co-fondateur de Blue Lagoon Capital, qui devient président du conseil d’administration de Bestmile à l’occasion de ce tour de table.

Cette opération doit permettre à la start-up, qui compte actuellement une soixantaine d’employés, d’accélérer sa croissance, notamment en poursuivant le développement technologique de sa plateforme et en accélérant la commercialisation de sa solution auprès d’acteurs de la mobilité, comme des sociétés de VTC et des entreprises de transports publics. «Grâce à ces fonds, nous allons consolider notre position de leader en matière d’orchestration de flottes», assure Raphaël Gindrat, co-fondateur et CEO de Bestmile. Sur son segment d’activité, l’entreprise suisse doit faire face à des acteurs comme l’Américain Ridecell, l’Israélien Fleetonomy et le Toulousain EasyMile, qui a levé 6,5 millions d’euros il y a un an.

Bestmile : les données clés

Fondateurs : Anne Mellano et Raphaël Gindrat
Création : 2014
Siège social : Lausanne (Suisse)
Secteur : Mobilité
Marché : plateforme de gestion des flottes de voitures autonomes
Concurrents : Ridecell, Fleetonomy, EasyMile…


Financement : 16,5 millions de dollars en août 2019 auprès de Blue Lagoon Capital, Translink Capital, Serena, Road Ventures, Partech Ventures, Groupe ADP et Airbus Ventures

Série A : 11 millions de dollars en mars 2018 auprès de Serena, Road Ventures, Partech Ventures, Groupe ADP et Airbus Ventures

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Bestmile lève 16,5 millions de dollars pour coordonner les flottes de voitures autonomes
La startup UntieNots lève 1,7 million d’euros pour sa solution de fidélisation client
[FW500] Lancée par eFounders, la startup Upflow veut mettre fin aux impayés des entreprises B2B
La startup Ibat se positionne sur la transformation digitale du BTP avec une levée de 2,4 millions d’euros
La startup e-sport Nicecactus lève 5 millions d’euros pour lancer un programme de sponsoring
300 millions de dollars de pertes pour la startup Lime en 2019
La startup JobyPepper lève 1,5 million d’euros pour sa plateforme de missions à courte durée
Copy link