ActualitéAmérique du nordBusinessCESHealthcareObjets connectésTech

[CES 2019] Withings lance un tensiomètre intégrant un électrocardiogramme à destination du grand public

Withings soigne son retour sur le devant de la scène. Après deux longues années dans le giron de Nokia, la société française spécialisée dans les objets connectés, qui est revenue au printemps dernier dans les mains d’Eric Carreel, l’un de ses fondateurs, profite du CES de Las Vegas pour présenter ses nouveaux produits. Outre sa nouvelle ligne de montres connectées, Withings a également dévoilé un tensiomètre d’un nouveau genre, le BPM Core. Pour ce produit, la pépite tricolore a reçu un CES 2019 Innovation Award.

En plus de mesurer la tension artérielle, ce tensiomètre connecté permet de réaliser un électrocardiogramme et d’écouter le son du coeur grâce à un stéthoscope électronique. L’électrocardiogramme permet ainsi de détecter une éventuelle fibrillation auriculaire, forme d’arythmie la plus courante et qui est à l’origine d’un tiers des AVC, tandis que le stéthoscope électronique offre la possibilité à l’utilisateur de déceler les principales formes de valvulopathies, qui se caractérisent par le mauvais fonctionnement d’une des quatre valves cardiaques, pouvant nécessiter une intervention chirurgicale afin d’éviter une insuffisance cardiaque.

3 mesures différentes en moins de 90 secondes

Doté de capteurs médicaux, le BPM Core prend l’apparence d’un brassard classique, similaire à celui qu’on peut trouver chez le médecin lorsqu’il mesure votre tension artérielle. L’appareil inclut deux électrodes en acier inoxydable situées à l’intérieur du brassard et une sur le tube, ainsi qu’une membrane en silicone abritant le stéthoscope électronique. Avec ce dispositif, l’utilisateur n’a qu’à appuyer sur le bouton pour effectuer les trois différentes mesures en moins de 90 secondes. Après chaque mesure, les résultats sont envoyés à l’application Health Mate pour que l’utilisateur puisse y accéder quand il le souhaite et facilement les partager avec les médecins.

Ce nouveau tensiomètre s’inscrit dans la volonté d’Eric Carreel de «simplifier la vie de millions de personnes». Le co-fondateur de Withings déclarait au moment de la reprise de l’entreprise l’an passé que nous étions «encore aux prémices de ce que la santé connectée peut apporter aux individus». «Avec le BPM Core, nous élargissons la fenêtre temporelle de détection de maladies du coeur fréquentes, pouvant être graves et qui sont malheureusement sous-diagnostiquées. Ceci avec un appareil qui peut être utilisé facilement au quotidien chez soi», a assuré le patron de la société française, à l’occasion de la présentation de son nouveau produit au CES de Las Vegas. Dans la même veine, Withings a aussi présenté la montre Move ECG, qui permet d’enregistrer un électrocardiogramme pour détecter d’éventuelles maladies cardiovasculaires.

Disponible dans le courant du printemps, le BPM Core sera commercialisé à 249,95 euros. A défaut de se substituer à une consultation médicale, ce tensiomètre devrait permettre à ses utilisateurs d’avoir un meilleur suivi de leur rythme cardiaque. Dans le même temps, ce nouvel appareil doit être l’un des fers de lance de Withings pour redorer son blason après les difficultés rencontrées au sein du pôle santé connectée de Nokia, qui avait pourtant déboursé 170 millions d’euros en 2016 pour s’offrir ce fleuron tricolore des objets connectés.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
[CES 2019] Withings lance un tensiomètre intégrant un électrocardiogramme à destination du grand public
Maif, Stockly, Ouest Digital : focus sur les offres d’emploi du jour
[Made in Océan Indien] Webcup: une double finale 2018-2019 qui a mis Mayotte et La Réunion à l’honneur
Palantir renforce ses liens avec le Pentagone en signant un nouveau contrat à 110 millions de dollars
Pourquoi la Croix-Rouge veut créer un « espace humanitaire numérique »
[We Love Innovation] Open Mind Innovation veut décrypter votre cerveau pour améliorer votre bien-être
La Silicon Valley, tu passes ou tu t’en passes? 2/2
Copy link