ActualitéBusinessEuropeTech

Ces quatre femmes qui pourraient succéder à Mounir Mahjoubi

En vue des élections européennes et municipales, trois personnalités du gouvernement d’Edouard Philippe ont quitté leurs fonctions pour mener les différentes batailles électorales de La République En Marche (LREM). Outre Nathalie Loiseau, la ministre chargée des affaires européennes, et Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement et secrétaire d’État auprès du Premier ministre, Mounir Mahjoubi, qui était depuis près de deux ans secrétaire d’État en charge du Numérique, quitte son poste pour se consacrer pleinement aux élections municipales de 2020 à Paris.

Après Nathalie Kosciusko-Morizet, Éric Besson, Fleur Pellerin et Axelle Lemaire, qui avaient porté le dossier du Numérique dans les gouvernements précédents, Mounir Mahjoubi avait repris le flambeau à l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée en 2017. Son dernier fait d’armes au sein du gouvernement restera la création du label «numérique inclusif» qui vise à mettre en place des dispositifs pour venir en aide aux personnes qui ne maîtrisent pas les codes du numérique. En septembre dernier, il avait également annoncé le déblocage d’une enveloppe de 75 à 100 millions d’euros pour former 13 millions de Français au numérique. Prônant la diversité au sein de l’écosystème numérique, l’ancien président du Conseil national du Numérique entre 2016 et 2017 a été également le porte-parole des start-up françaises durant près de deux ans. Début janvier, il avait d’ailleurs annoncé la création du Next 40, un indice rassemblant les jeunes pousses les plus prometteuses de la French Tech.

A peine son départ du gouvernement annoncé, plusieurs noms circulent déjà en coulisses pour prendre sa succession. Pour l’heure, trois noms reviennent régulièrement pour occuper son poste : Aurélie Jean, Paula Forteza et Olivia Grégoire. Selon nos informations, le nom d’Amélie de Montchalin est venu se greffer à cette short-list.

Côté hommes, les noms de Sébastien Soriano, président de l’Arcep, et Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, circulent également, bien qu’une Secrétaire d’État soit préférée par l’exécutif.

Néanmoins, une surprise pourrait sortir du chapeau…

Aurélie Jean, la spécialiste de l’intelligence artificielle

Crédit : Géraldine Aresteanu.

Figure bien connue de l’écosystème numérique en France et à l’international, Aurélie Jean est une spécialiste des algorithmes. Experte de la biomécanique numérique, elle a travaillé durant cinq ans au prestigieux MIT de Boston avant de découvrir la finance chez Bloomberg à New York. Fondatrice du cabinet In Silico Veritas, spécialisé dans le code, et de la start-up MixR, Aurélie Jean voit dans le code informatique et l’intelligence artificielle des leviers pour faire avancer la société. Comme Mounir Mahjoubi, elle milite en faveur de la diversité dans l’écosystème.

Paula Forteza, la députée qui plaide pour une «démocratie numérique»

Crédit : Antoine Lamielle – CC.

Députée LREM de la deuxième circonscription des Français de l’étranger (Amérique latine et Caraïbes), Paula Forteza a travaillé au sein du gouvernement de la ville de Buenos Aires avant de s’intéresser à l’entrepreneuriat. En 2015, elle a rejoint la mission Etalab sous la houlette du Premier ministre afin de travailler sur plusieurs sujets relatifs au numérique, comme la modernisation de l’administration publique, l’ouverture des données et l’introduction de politiques de transparence. A l’Assemblée nationale, elle est notamment engagée dans le groupe de travail sur la «démocratie numérique et les nouvelles formes de participation citoyenne».

Olivia Grégoire, la porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée nationale

Crédit : Olivia Grégoire – CC.

Députée LREM de Paris, Olivia Grégoire a également participé à la mission Etalab sous l’autorité du Premier ministre. En 2014, elle a fondé son propre cabinet de conseil en stratégie et communication pour assurer le suivi de PME et de TPE, et travailler sur des sujets relatifs au numérique et à la santé. Désormais porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée nationale, Olivia Grégoire préside la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi «Pacte».

Amélie de Montchalin, l’étoile montante de LREM

Crédit : Antoine Lamielle – CC.

Députée dans l’Essonne et première vice-présidente du groupe LREM à l’Assemblée nationale, Amélie de Montchalin pourrait créer la surprise. Passée par Exane et Axa, elle a rejoint le mouvement En Marche ! en décembre 2016, séduite par l’attrait d’Emmanuel Macron pour l’univers des start-up.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This