ActualitéAmérique du nordBusinessRetail & eCommerce

Clap de fin pour les « petits » fournisseurs d’Amazon?

Amazon pourrait prochainement laisser de côté ses « petits » fournisseurs historiques, au profit de grandes marques comme Procter & Gamble, Sony ou Lego, selon Bloomberg.

Favoriser la présence de produits indispensables sur Amazon

Le catalogue de produits du géant américain du e-commerce repose sur deux modèles. D’un côté, l’entreprise de Jeff Bezos achète directement des produits auprès de grossistes et les revend comme un point de vente en ligne traditionnel. D’un autre côté, des commerçants indépendants proposent leurs propres produits sur la marketplace de l’entreprise. Jusqu’à aujourd’hui, ces derniers représentaient près de 50% des biens vendus sur Amazon.

Mais le groupe de Seattle pourrait désormais recentrer ses achats en gros sur les grandes marques, et non plus sur les « petits » fournisseurs. Une manière pour Amazon de réduire ses dépenses et favoriser la présence de produits indispensables – et stocker moins de produits invendus – sur sa plateforme. Et ainsi de rivaliser davantage avec ses concurrents Walmart, Target et Best Buy. Selon des sources citées par Bloomberg, les vendeurs qui font moins de 10 millions de dollars de recettes grâce à leurs produits sur la plateforme ne recevront plus de commandes de la part d’Amazon. Ce chiffre pourrait toutefois varier selon la catégorie de produits.

Une reconversion pour les « petits » fournisseurs d’Amazon?

Ce changement majeur ferait grimper la part de la marketplace au-delà des 50% de produits vendus sur Amazon. L’entreprise se recentre sur cette place de marché depuis quelques années. Elle a généré plus de la moitié de ses ventes e-commerce en 2018. Le chiffre d’affaires issus de ses commerçants progresse par ailleurs deux fois plus vite que celui issu de sa propre boutique en ligne.

Les « petits » fournisseurs de produits vendus par Amazon vont ainsi devoir adopter une nouvelle approche sur la plateforme: devenir eux-mêmes non plus des fournisseurs, mais des commerçants indépendants. Et ainsi vendre au détail, et non plus en gros.

Se renforcer face aux attaques de Walmart et Target

Face à Walmart et Target, qui développent leur propre marketplace, Amazon tente aujourd’hui de renforcer sa sélection de produits disponibles sur sa plateforme pour des dépenses moindres. Walmart investit notamment sur plusieurs créneaux dominés par Amazon: le géant américain de la grande distribution a répondu aux magasins sans caisse Amazon Go avec un concept-store qui repose l’intelligence artificielle, à la bonne forme de l’activité publicitaire d’Amazon avec ses propres investissements en publicité, à la fulgurante ascension d’Amazon dans le e-commerce avec une multiplication de partenariats et d’acquisitions.

Au mois d’avril, Amazon et Walmart s’étaient mutuellement attaqués, sur les salaires pour le premier et les impôts pour le second. Jeff Bezos avait d’abord appelé ses concurrents dans la distribution, sans citer de nom mais ciblant clairement Walmart et Target, à augmenter le salaire minimum de leurs employés pour atteindre au moins 15 dollars de l’heure, comme il l’a fait lui-même. Ce à quoi Dan Bartlett, executive vice president of corporate affairs chez Walmart, avait répondu sur Twitter: « Hey concurrents de la distribution (vous vous reconnaîtrez) et si vous payiez vos impôts? ». Amazon est notamment accusé de ne pas payer d’impôt sur les 11,2 milliards de dollars de bénéfices gagnés en 2018.

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Clap de fin pour les « petits » fournisseurs d’Amazon?
FoodTech: quand des anciens d’Uber deviennent des rivaux de Travis Kalanick
IA : Enlitic lève 25 millions de dollars pour détecter plus rapidement les cancers
Ximalaya, le spécialiste chinois des podcasts qui pourrait peser 3,5 milliards de dollars
Entre Netflix et Disney, la bataille du streaming se jouera en Asie dès 2020
La valorisation de DoorDash atteint 13 milliards de dollars après une extension de sa série G
Comment la startup School Tech souhaite digitaliser les écoles supérieures
Copy link