A la uneActualité Start Me UpBusinessInvestissementsLes levées de fondsStart Me UpTech

Confidentiel: FabZat lève 450 000 euros pour ses produits dérivés en impression 3D

Les passionnés de jeu vidéo le sont, en général, jusqu’au bout. Jusqu’aux produits dérivés. FabZat, une start-up lancée en octobre 2013 l’a bien compris, et veut aujourd’hui accélérer son développement sur le créneau du merchandising en impression 3D : des figurines et produits dérivés directement inspirés des jeux vidéo.

XavierNiel-FavZatLa start-up emmenée par Florent Pitoun vient de faire entrer Kima Ventures à son capital, et lève 450 000 euros au total, avec l’aide de plusieurs business angels, selon nos informations.

FabZat se positionne comme un générateur de revenus additionnels pour les éditeurs de jeux, la première industrie  de loisirs au monde, via le merchandising. Il propose une e-shop de produits dérivés personnalisés intégrée aux jeux, avec un catalogue qui va de la statuette imprimée en 3D, au T-shirts, posters, coques téléphone etc…L’éditeur insère un plugin dans son jeu, et peut choisir son catalogue de produits dérivés à disposition du joueur. Une manne intéressante et valorisante, conçue comme une ligne de revenus supplémentaires.

FabZat compte aujourd’hui une dizaine de partenaires développeurs et éditeurs utilisant  son service (Asterix, Bulkypix, Leblox, Graal Online, Hills of Glory, Geek Resort…) et plusieurs dizaines en tests ou intégration du service. Les figurines commandées, réalisée dans l’atelier de FabZat directement, sont réalisées avec 6 millions de couleurs par l’imprimante la plus puissante du marché.

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Je pense qu’il y a un gros marché pour les figurines Warhammer !

Bouton retour en haut de la page
Confidentiel: FabZat lève 450 000 euros pour ses produits dérivés en impression 3D
Comment les logiciels révolutionnent l’industrie automobile
IBM France: tentative d’invasion numérique par des salariés en « télégrève »
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance