A la uneBusinessTech

Himedia et Webedia s’entendent sur la cession de Jeuxvideo.com, et sur un partenariat publicitaire

« Il faudra sans doute changer de nom » indiquait ce matin-même Cédric Siré sur BFM Business, qui ne cachait pas l’ambition internationale du site racheté par sa maison-mère Fimalac. Jeuxvideo.com entre dans le giron de Webedia, pour 90 millions d’euros. Un site autrefois détenu par Himedia Group, qui revoit dans le même temps son positionnement, centré aujourd’hui principalement sur la publicité et le paiement web et mobile.

Webedia s’offre concrètement 5 à 6 millions de visiteurs uniques par mois, l’audience de Jeuxvideo.com, troisième site dans le monde sur ce thème. Les forums à eux-seuls génèrent 700 millions de visites. L’entreprise, basée à Aurillac et fondée par Sébastien Pissavy, Jérôme STOLFO et François CLAUSTRES, a réalisé 15 millions d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier, il était de 6,8 millions d’euros en 2012.  40 salariés composent les effectifs, avec une quinzaine de rédacteurs pour alimenter le site en contenus.

De son côté, Webedia revendique plus de 21 millions de visiteurs uniques par mois en France, et environ 50 millions dans le monde. En termes de revenu, le groupe devrait atteindre 80 millions d’euros cette année. Webedia va désormais travailler de près avec Himedia, qui devient la régie publicitaire pour l’Europe de Webedia.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Himedia et Webedia s’entendent sur la cession de Jeuxvideo.com, et sur un partenariat publicitaire
Grâce au cloud, Microsoft surpasse les attentes du marché
Quels enjeux pour Twitter, Facebook et Google face au Sénat américain?
Accenture s’apprête à acquérir le cabinet OpusLine pour se renforcer dans la santé
Recrutement: pourquoi miser sur le personal branding quand on est candidat
HR Tech: les annonces qu’il ne fallait pas manquer depuis juin
Puces informatiques: dans un secteur en ébullition, AMD acquiert Xilinx pour 35 milliards de dollars