HR TechSemaine de l'emploiServicesStartup

EasyRECrue, des entretiens d’embauche en vidéo différée

FrenchWeb: Comment fonctionne EasyRECrue ? Quelle est la proposition de valeur ?

mickael-cabrolMickaël Cabrol, fondateur : La plateforme EasyRECrue propose aux professionnels du recrutement une solution d’entretiens vidéo différée, en mode SAAS, qui permet d’éviter la fastidieuse phase de présélection téléphonique des candidatures. En pratique, le recruteur se connecte sur son interface personnelle easyRECrue, accessible depuis un simple navigateur Internet. Il personnalise un questionnaire auquel les candidats sont invités à répondre en vidéo.

Les questions posées aux candidats sont en général les mêmes que celles posées traditionnellement pendant l’entretien téléphonique. Lorsqu’il est prêt, le candidat effectue son entretien grâce à sa webcam, son micro et sa connexion Internet. Les vidéos reçues sont ensuite centralisées sur l’interface du recruteur qui peut les comparer de manière collaborative avec son équipe et retenir ainsi les meilleures candidatures.

Depuis le début de l’année, les recruteurs ont la possibilité de poursuivre leurs échanges avec les candidats sur EasyRECrue via un module d’entretien vidéo live.

En quoi les entretiens d’embauche par vidéo change-t-ils le processus de recrutement ? Quels sont les avantages et les limites de cette solution ?

L’entretien vidéo différé offre une valeur ajoutée considérable par rapport à la préqualification téléphonique, ne serait-ce qu’en termes d’image et de marque employeur. L’apport de la vidéo et son enregistrement permettent d’effectuer une sélection plus fine des candidatures mais aussi d’impliquer l’ensemble de l’équipe. Les études réalisées auprès de nos clients nous confirment qu’ils économisent 50% de temps, leur offrant la possibilité d’intégrer davantage de candidats dans le process.

Côté candidats, la vidéo permet d’exprimer ses motivations, son parcours et sa personnalité au-delà du CV, depuis son domicile sans contrainte d’horaire ni de déplacement. L’absence d’équipement numérique (webcam, micro, connexion…) des candidats peut être bloquant dans certains cas, mais nous proposons par exemple d’envoyer une webcam.

Un candidat qui se voit proposer un entretien vidéo, mais refuse ce format, peut-il exiger un entretien de visu ? Que dit la loi sur ce sujet ?

Nous bénéficions d’un service dédié au support des candidats dans la réalisation de leurs entretiens. Dans le cas où un candidat refuse l’entretien vidéo – ce qui est rare – , nous tentons de connaître les raisons de ses réticences : difficulté technique, équipement, indisponibilité… afin de résoudre le problème et de l’accompagner tout au long du processus. N’étant qu’un intermédiaire entre le recruteur et le candidat, si le facteur bloquant persiste, nous transmettons au recruteur directement l’information, qui choisira l’issu à donner.

Simplement, quel est votre modèle économique ? Qui sont vos clients ?

Notre solution est commercialisée via des packages de licences utilisateurs, facturés entre 500 et 10 000 euros par mois. Un an et demi après notre lancement, nous connaissons un développement commercial extrêmement rapide. Nous comptons 130 clients, dont 70 % de grands groupes (Dassault Aviation, Société Générale, Groupama…), 20 % de professionnels du recrutement (Hudson, Manpower…), et 10 % de PME ou startups.

Nous avons ouvert récemment notre activité sur le marché européen à Madrid, Milan, Francfort et Londres et notre seconde levée de fonds, finalisée la semaine dernière, d’un montant de 2,5 millions d’euros, nous permettra d’accélérer notre expansion en Europe.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This