AcquisitionActualitéAmérique du sud

eBay rachète la filiale mexicaine de Vivastreet

Un an et demi après avoir ouvert une filiale au Mexique, le groupe W3, éditeur du site de petites annonces Vivastreet, s’en sépare. Il a annoncé mercredi 28 janvier l’avoir cédé à l’Américain eBay, sans vouloir dévoiler le montant de la transaction. L’AFP parle quelques dizaines de millions d’euros, citant une source proche du dossier.

«Le groupe W3 prévoit de réinvestir une partie de ces fonds de la transaction pour accélérer sa croissance sur les marchés français, belge et britannique», indique l’agence de presse. De son côté, le fondateur du groupe W3 Yannick Pons commente :

« Ebay et Vivastreet ont construit leurs croissances respectives sur une stratégie similaire : innover pour démocratiser des offres, souvent gratuitement, qui facilitent la vie des internautes/consommateurs/citoyens. Cette communauté de valeurs et d’objectifs nous a permis de trouver rapidement un accord ».

Le site mexicain, baptisé «Vivanuncios», a dépassé  les 600 000 annonces postées au deuxième semestre 2014. Le reste des données ne sont pas communiquées. Le groupe W3 édite aussi Appartager.com, entre autres sites. Son siège est enregistré à Jersey mais la société est principalement implantée à Londres. Le groupe emploie 200 personnes dans le monde et réalise un chiffre d’affaires annuel de plus de 30 millions d’euros.

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
eBay rachète la filiale mexicaine de Vivastreet
[Webinar] Expérience collaborateur, intranets : comment se préparer à l’arrivée de Microsoft Viva
AssurTech: la startup française Zelros lève 11 millions de dollars auprès de BGV et ISAI
reddit
Reddit profite de sa popularité pour lever 116 millions de dollars supplémentaires
Gig economy: la Commission européenne se penche sur le sort des travailleurs des plateformes
clubhouse
Nouveau rendez-vous pour le Débrief de la semaine sur Clubhouse
Les données médicales de près de 500 000 Français fuitent sur Internet