ActualitéMarketing & CommunicationStartup

[Entretien exclusif] Adictiz, start-up spécialisée dans le social gaming, lève 2 millions d’euros

La start-up fondée en 2009 annonce une levée de 2 millions d’euros auprès d’Omnes Capital. Spécialisée dans le social gaming, Adictiz crée des jeux web et mobile qui connaissent un large succès : Paf le Chien et Il est con ce Pigeon etc… Une galaxie de jeux qui rassemble 2,2 millions de joueurs actifs/mois sur le web, une audience qui se répartit sur l’Europe et l’Amérique du Sud principalement.

Adictiz a également développé une activité « studio », un département qui développe des jeux en BtoB, et labelisé « PMD » (Prefered Marketing Developer) par Facebook en mai dernier.

L’objectif de cette levée se concentre sur le développement à en France et à l’international, la création de nouveaux jeux, et des investissement marketing ciblés.

Entretien exclusif avec Charles Christory, fondateur d’Adictiz

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

9 commentaires

  1. Félicitation Charles et toute l’équipe Adictiz pour le parcours accompli et pour la levée ! Bonne continuation.

  2. Très belle start-up française, félicitations pour cette levée de fonds qui vous permettra une accélération importante.

  3. Félicitations pour cette réussite, il ne reste plus qu’a développer encore plein de jeux ^^ :)

Bouton retour en haut de la page
[Entretien exclusif] Adictiz, start-up spécialisée dans le social gaming, lève 2 millions d’euros
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?