ActualitéManagement

[Etude] Les entreprises technologiques françaises peu freinées par la crise

Voilà qui confirme la bonne santé du secteur technologique français: l’enquête menée par Deloitte et In Extenso montre que les entreprises du secteur gardent le cap face à la crise, même si elles anticipent des difficultés pour trouver des financements.

Réalisée auprès des entreprises lauréates du « Palmarès Deloitte Technology Fast 50« , de 2006 à 2011, l’étude avait pour objectif d’identifier les leviers qui ont contribué à leur développement, et recueillir leurs attentes, notamment vis-à-vis des pouvoirs publics.

Un financement largement externe:

  • 92% des sociétés sondées n’envisagent ni licenciement ni délocalisation de leurs activités, et peu d’entre-elles envisagent d’arrêter ou reporter des projets (18%), de stopper les recrutements (26%) ou décider de coupes budgétaires (26%).
  • 40% des entreprises interrogées anticipent néanmoins prochainement des difficultés dans le financement de leurs projets du fait de la crise.
  • 98% des entreprises font appel à des financements externes et en sont globalement satisfaites
  • Pour 73% d’entre elles, le financement repose sur des fonds personnels, 98% des entreprises interrogées ont recours à des financements externes. Seules 14% ont fait un appel public à l’épargne.

Elles sont très majoritairement satisfaites de leurs relations avec les banques, les fonds d’investissement et les pouvoirs publics qui ont participé à leur financement, respectivement pour 40%, 33% et 25%.

Un quart des entreprises entretiennent par ailleurs des relations régulières avec les investisseurs en capital mais seules 16% des entreprises interrogées envisagent une introduction en Bourse.

Des difficultés de recrutement:

  • 50% des entreprises interrogées estiment avoir des difficultés à recruter les bons candidats.
  • Pour 98% d’entre elles, le premier moteur de motivation des équipes est l’enthousiasme et l’ambiance de travail.
  • 74% estiment que la mise en place par les pouvoirs publics de cursus adaptés à leurs activités favoriserait leur politique de recrutement.

Des attentes fortes vis-à-vis des pouvoirs publics et des grandes entreprises:

  • 76% des sociétés sondées demandent une plus nette implication dans les appels à projet.
  • Le soutien des grands groupes français représentent un levier de croissance puissant pour les entreprises interrogées qui sont 90% à déplorer leur faible appui…
  • 79% d’entre elles préconisent de voir instaurer des garanties par l’Etat et 66% la mise en place de quotas, pour faciliter les prises de commandes des grands groupes auprès des PME technologiques.
  • Elles sont 70% à adhérer à l’idée de la création d’un pôle de représentation à l’international des NTCI françaises qui aurait pour but de faciliter l’internationalisation.

 Des aides et dispositifs adaptés, mais l’on peut faire mieux…

  • Le crédit d’impôt recherche et le statut JEI (jeune entreprise innovante) remportent une large adhésion des entreprises technologiques françaises avec respectivement 71% et 48% d’avis très favorables.
  • Les dispositifs de protection des brevets ou des actifs incorporels au niveau mondial méritent en outre des améliorations pour 63% des répondants.

« Nous disposons en France d’un incroyable vivier d’entreprises technologiques qu’il est important de soutenir et d’accompagner dans leur développement pour qu’elles continuent à participer au rayonnement de l’économie française » affirme Ariane Bucaille, Associée Responsable du Technology Fast 50 chez Deloitte.

Qu’est-ce que le programme Technology Fast 50?

Le programme Technology Fast 50 a vu le jour en 1995 à San Jose en Californie, cœur de la Silicon Valley, et a ensuite été étendu à tous les Etats-Unis puis au Royaume-Uni, au Canada, aux Pays-Bas, à Israël et à la France. Il est désormais présent dans plus de 50 pays et régions dans le monde. Il a été créé afin de mettre en valeur la remarquable contribution des entreprises technologiques à la croissance de l’économie.

Pour cette étude, 63 dirigeants d’entreprise ont été recrutés à partir du fichier des entreprises lauréates du Fast 50 ont été interrogés en ligne en octobre 2011. 65% des entreprises répondantes sont installées en régions et 35% en Ile de France. 65% ont moins de 50 salariés et 35% compte entre 50 et 500 salariés.

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. « 50% des entreprises interrogées estiment avoir des difficultés à recruter les bons candidats »

    En effet, les bons développeurs sont de plus ont plus rares

Bouton retour en haut de la page
[Etude] Les entreprises technologiques françaises peu freinées par la crise
Comment vous lancer avec succès dans l’e-commerce BtoB en 2022?
360Learning, fleuron de l’EdTech française, lève 200 millions de dollars
Batch, la startup de Simon Dawlat (AppGratis), boucle un tour de table de 20 millions d’euros
Stripe, la FinTech la mieux valorisée au monde, réalise sa première acquisition en Inde
Porté par Dassault Systèmes et Ubisoft, le logiciel français s’est envolé en 2020
[DECODE Quantum] À la rencontre de Frédéric Grosshans, co-directeur du Quantum Information Center Sorbonne