A la uneArts et CultureLes levées de fondsTech

Exclusif- Visioconférence : le Lyonnais Glowbl lève 2 millions de dollars et débarque à San Francisco

« Il y a beaucoup de systèmes de visioconférence sur le marché et Glowbl se distingue tout d’abord par son interface plus humaine, plus sociale et plus engageante » explique à Frenchweb Mathieu Labey, le fondateur, qui veut marcher sur les terres des géants que sont Skype ou Google Hangouts. Sa start-up vient de lever 2 millions de dollars auprès de ses investisseurs historiques et de nouveaux partenaires, tous Français. Plus que de la visoconférence classique, la société développe des solutions de communication et de collaboration en temps réel dans le cloud. Il s’agit de son second tour de table puisqu’elle avait levé 713 000 euros en octobre 2013.

Visioconférence intégrée aux réseaux sociaux

La plate-forme se présente comme un réseau social permettant à ses utilisateurs de vivre des évènements en direct grâce à des « Livestage », des sessions privées ou publiques sous forme de chat ou de vidéo où il est possible de discuter en invitant des amis. Il s’agit d’une « interface brevetée qui reproduit les interactions et les comportements humains en organisant une vidéoconférence entre tous les participants comme si l’événement ou la réunion se déroulait dans la « vraie vie » » explique la société.

« L’expérience de Glowbl est très différente de ses concurrents classiques et plus froids. Glowbl est plus ouvert, a quantité de média et contenus utilisables en temps réel, la capacité à utiliser des outils comme Dropbox, Yammer Docs, Vimeo, Youtube mais aussi Soundcloud, Deezer, Facebook, Instagram, Google Photo, ou Maps ce qui permet d’adresser des usages très larges dont on peut avoir besoin entre collaborateurs comme entre amis ».

Dès qu’un Livestage est créé, un lien URL générée pour être diffusé sur les réseaux sociaux et inviter ainsi d’autres utilisateurs à rejoindre la « Glowbl, permet de créer des espaces de communication permanents en 30 sec, réutilisables toute l’année, un lien suffit à être diffusé, même bien à l’avance pour se donner le temps de communiquer. Un « LiveStage Glowbl » peut même être intégré à tout site internet ».

60 000 utilisateurs

Avec ce nouvel investissement, Glowbl va en profiter pour s’étendre au marché américain avec l’ouverture d’un bureau à San Francisco. « C’est le bon endroit pour les innovations de rupture. Les early adopters sont présent très rassemblés. La bay area compte presque toujours au moins un bureau local de nos partenaires potentiels, ce qui simplifie l’exploration et le business development.  Notre présence ici est essentielle pour conclure de nouveaux partenariats technologiques. Notre objectif principal est de faire connaître la plateforme et ses usages aux Etats-Unis et d’agréger de nouveaux partenaires » explique M. Labey. Le bureau américain est composé, pour commencer, de deux collaborateurs.

La société avait fait parler d’elle en décembre lorsque, pour le concours mondial de l’innovation lancé par le gouvernement français, Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, avait choisi la pépite tricolore au détriment de Google et de ses Hangouts, pour organiser les vidéoconférences de l’évènement pour les intervenants participant à distance depuis d’autres pays. « L’interface Glowbl se distingue d’autant plus sur des événements ouverts et à large audience ou le nombre de participants peut-être illimité : un simple tweet depuis Glowbl par un participant, un post Facebook ou LinkedIn peut permettre d’amener toujours plus de monde à une conférence, démo, cours, workshop, interview, pitch crowdfunding… » selon M. Labey.

Bientôt en modèle freemium

Basée à Lyon, Glowbl compte 17 collaborateurs en France et revendique plus de 5 000 Livestages ouverts en permanence et 60 000 utilisateurs sur sa plate-forme. Ces derniers sont des entreprises ou des particuliers. Actuellement gratuite, la solution sera bientôt proposée sur un modèle freemium où des options supplémentaires seront disponibles pour les utilisateurs payants.

« La plate-forme comportera une partie payante à partir de la fin octobre pour les usages confidentiels à plus de 5 personnes simultanées et dès la deuxième personne en mode entièrement sécurisé et chiffré. La facture est basée sur le maximum d’utilisateurs simultanés mensuel, sans limites de temps ni de fonctionnalités. Un modèle de souscription adapté aux entreprises sera disponible pour donner la possibilité à chacun des collaborateurs de créer un nouvel espace de meeting en un clic, graphiquement adapté, préconfiguré pour démarrer une réunion en quelques secondes. L’utilisation de Glowbl avec des espaces ouverts à tous restera gratuite » selon M. Labey.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et vidéos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Exclusif- Visioconférence : le Lyonnais Glowbl lève 2 millions de dollars et débarque à San Francisco
L’e-santé, secteur de prédilection de la Nouvelle-Aquitaine
Cashfree
FinTech: l’Indien Cashfree lève 35,3 millions de dollars auprès d’Apis Partners et Y Combinator
Commission sur les applications: Apple fait une nouvelle concession
IBM se renforce dans l’IA et le cloud hybride avec une nouvelle acquisition
Google: bientôt une messagerie cryptée sur Android?
Cloud européen: 180 sociétés rejoignent le projet franco-allemand Gaia X