ActualitéFinTechLes levées de fonds

FinTech : Credit Karma lève 75 millions de dollars

Credit Karma, une start-up américaine qui édite une solution permettant à ses utilisateurs d’obtenir des rapports sur l’état de leurs finances personnelles, vient de lever 75 millions de dollars (59,1 millions d’euros) auprès des ses investisseurs déjà présents : Google Capital, Susquehanna Growth Equity, et Tiger Global Management. Selon le Wall Street Journal, l’opération porterait la valorisation de l’entreprise à 1 milliard de dollars. Cette annonce survient huit mois après que l’entreprise a bouclé un tour de table de 85 millions de dollars (66,9 millions d’euros).

100322_N90_BOW_PF_#1Band_no_pings_FL_PHO-10-0110 001Le société souhaite profiter de ce nouvel investissement pour accélérer sa croissance et poursuivre le développement de son produit. Celui-ci permet d’obtenir gratuitement le credit score – une note de trois lettres censée refléter la capacité d’une personne à rembourser un emprunt, et sa probabilité à en obtenir un. Ainsi, dès qu’une personne effectue un achat ou une action sur ses finances personnelles, il peut connaître l’effet sur son credit score. Aucune carte de crédit n’est requise.

Gratuit, avec des offres personnalisées

La société se rémunère alors avec des publicités et des offres personnalisées aux profils des utilisateurs à côté du tableau de bord consultable sur Web et mobile. Parmi ceux-ci : des offres de prêts, des prêts hypothécaires… Elle a donc noué des accords avec des institutions financières américaines, dont les grandes banques nationales, des compagnies d’assurances, des sociétés de crédit ou encore des plates-formes alternatives de crédit comme Lending Club (prêt de pair-à-pair).

Fondée en 2008 par Kenneth Lin, Credit Karma revendiquait en mars dernier plus de 20 millions d’utilisateurs. Sur ce marché, elle affronte la concurrence de Quizzle ou encore Credit Sesame. La marge serait encore importante puisque, selon son site Internet, Credit Karma estime que 33% des Américains n’auraient jamais regardé leur credit report.

A lire également : Les « FinTech » : ces start-ups qui veulent bousculer les banques

Un commentaire

  1. Have you ever wondered which hurts the most: saying something and wishing you had not, or saying nothing, and wishing you had?

    Hulu Plus Trial Code

Bouton retour en haut de la page
FinTech : Credit Karma lève 75 millions de dollars
NSO Group: le fabricant du logiciel d’espionnage controversé Pegasus ouvre une enquête
Les données des consommateurs, nouvelle mine d’or de la grande distribution depuis l’avènement de l’e-commerce
Cajoo
Quick commerce: pourquoi la livraison rapide à domicile peine à être rentable
[Livre Blanc] Comment surfer sur la vague du sales enablement ?
Après le boom de la pandémie, DocuSign s’effondre à la Bourse de Wall Street
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom