ActualitéBusinessDistribution

Forte dépréciation de PriceMinister, Olivier Mathiot et une nouvelle équipe bordent les voiles!

Les résultats 2015 marquent une étape dans le développement du groupe japonais Rakuten, qui malgré une hausse de 19% de son chiffre d’affaires (6,3 milliards de dollars), enregistre une baisse de 38% de ses bénéfices, qui s’élèvent à 393 millions de dollars.

La société fondée par Hiroshi Mikitani a également procédé à une dépréciation d’actifs de 339 millions de dollars. Sa filiale française, PriceMinister, voit sa valeur réduite à 61 millions d’euros (vs 200 millions d’euros lors de l’acquisition en 2010).

La société dirigée, par son co Fondateur, Olivier Mathiot a depuis 2014 fait évoluer son périmètre d’activités en accélérant le développement du B2B2C. Alors qu’il ne représentait que 30% du volume d’affaires de l’entreprise, le B2B2C y contribue désormais à hauteur de 70% (le C2C représentait 60% avant l’acquisition de PriceMinister par Rakuten). L’impact sur les résultats est d’autant plus important que le niveau de commissionnement versé à PriceMinister est plus faible que dans le C2C. Le chiffre d’affaires, qui correspond aux commissions touchées par PriceMinister, est aujourd’hui réparti à peu près à 50/50 entre les activités C2C et B2B2C.

Cette stratégie a permis à PriceMinister de faire face à un marché français très challengé par de nombreux concurrents dont la Fnac, Darty, eBay … Une différence majeure que le Groupe Japonais n’avait sans doute pas anticipé, tant il est leader sur son marché local.

L’ensemble des synergies avec le Groupe Rakuten n’ont pas pu être totalement mises en oeuvre, notamment sur le plan technique. La plateforme internationale d’eCommerce que devait exploiter la filiale française s’est révélée moins mature que celle créée par les équipes de PriceMinister, qui a préféré maintenir son exploitation en attendant une version plus performante.

La société a également souffert ,à l’instar de l’ensemble des acteurs du eCommerce français, des changements opérés par Google en matière de SEO, qui ont imposé une meilleure répartition des canaux d’acquisition d’audience.

Olivier Mathiot a procédé à différents arbitrages du périmètre d’activités de la société, abandonnant les projets dont la contribution était insuffisante, ou dont l’activité n’était pas au coeur de la stratégie de PriceMinister.

Malgré une meilleure rentabilité, le changement de volume d’affaires et les perspectives de PriceMinister ont imposé une correction comptable de sa valorisation.

Une nouvelle équipe de direction est en cours de constitution pour faire face aux nouveaux enjeux posés par le plan 2020 du Groupe Rakuten. Patrick Hermann (CTO) et Jonathan Gorges (Directeur commercial) ont déjà rejoint PriceMinister au second semestre 2015.

La priorité est aujourd’hui donnée au mobile, la géolocalisation, afin de coller aux nouveaux usages des internautes. Un redéploiement des activités C2C est également en cours dans une philosophie « sharing economy ». En B2B2C, la satisfaction client est au coeur de la stratégie d’Olivier Mathiot, un « Merchants Quality Score » permettra de recommander les meilleurs marchands de PriceMinister.

Les activités en Asie du Sud Est sont principalement touchées avec une réorientation complète et l’arrêt des sites actuels. Le Brésil voit également son modèle évoluer vers une solution d’eCommerce en Saas.

Hiroshi Mikitani veut un nouveau souffle pour son groupe « strong, smart and speed » et adapter ses solutions d’commerce aux usages sur mobiles.

Le cours de l’action a été sévèrement corrigé, perdant 7% sur le Tokyo Stock Exchange, la capitalisation du groupe Rakuten est de 11,35 milliards d’euros à la clôture de la bourse.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

5 thoughts on “Forte dépréciation de PriceMinister, Olivier Mathiot et une nouvelle équipe bordent les voiles!”

  1. Let’s be honest – when’s the last time you found a great deal thanks to PriceMinister? Like Yahoo, PriceMinister has long since outlived its moment of glory. It’s destined to vanish, no point blaming Google. Expect Rakuten to dump it this year.

  2. Priceminister… J’ai eu une si mauvaise expérience d’achat que j’ai fermé mon compte. Quand je lis : « la satisfaction client est au coeur de la stratégie d’Olivier Mathiot », je me dis qu’ils ont fort à faire pour se mettre à niveau, vu comment il a fallu batailler pour que j’obtienne gain de cause. Ce site c’est la honte du e-commerce.

  3. Les gros problèmes chez price sont; 1 les frais de port, excessifs certaines fois; 2 l’article exposé qui n’est pas le même que celui que l’on reçoit; et le nombre de ventes que les vendeurs n’honorent pas. Point de vue perso

  4. Priceminister a-t-il gagné de l’argent en EXPLOITATION depuis sa création ? Price minister a-t-il une valeur ajoutée sur le marché ? ou en d’autres mots, si demain Priceminister disparaît, est-ce que ça change quelque chose pour les vendeurs ou acheteurs d’objets ?
    Au final, Priceminister est-il autre chose qu’un énième avatar de la spéculation sur les bulbes de tulipes au 17ème siècle (https://fr.wikipedia.org/wiki/Tulipomanie ) ?
    L’important est que ceux qui en sont à l’origine en soient conscients, sinon, vu qu’ils donnent des leçons un peu partout et à tout le monde, si ils n’en sont pas conscients, c’est grave..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This