ActualitéBusinessMarketing & CommunicationStartupTech

[FW Radar] Dial Once veut digitaliser les communications téléphoniques

Fondée en 2015 par Charles Dunston, Julien Kernec’h et Benoit Bouffard, Dial Once est une plateforme qui regroupe tous les canaux de communication.

Plus de détails avec Charles Dunston, fondateur et CEO de Dial Once.

FrenchWeb: A quel besoin répond votre service?

charles-dunsonCharles Dunston, fondateur et CEO de Dial Once: Utilisée dans tous les secteurs d’activités (banque, assurance, énergie…), la solution Dial Once s’inscrit dans les nouveaux usages de la relation client et s’adresse plus particulièrement aux entreprises recevant beaucoup d’appels. Celles-ci font appel à Dial Once pour améliorer l'expérience client, promouvoir leurs contenus et canaux digitaux et réduire leurs coûts de gestion des appels.

Quelle est votre proposition de valeur?

Dial-Once propose une plateforme de contact intelligente qui permet à l’utilisateur de naviguer sur une interface digitale plutôt que sur un SVI classique (serveur vocal). L’utilisateur peut en quelques clics réaliser un parcours autonome afin de trouver sa réponse, utiliser un autre canal mis à disposition par l’entreprise (email, chatbot, SMS…) ou être mis en relation directement avec la bonne compétence. Unique, intuitive et puissante, notre proposition de valeur a su convaincre plus de 35 clients, pour la plupart Grands Comptes, sur les 18 derniers mois.

Qui sont les utilisateurs de vos solutions?

Nous répondons à trois enjeux d’actualité: l’expérience utilisateur, la transformation digitale et l’optimisation des coûts de gestion des appels. Lorsqu’un client souhaite contacter le service client d’une entreprise, il tombe encore souvent sur le fameux SVI traditionnel («Taper 1…, Taper 2…») qui le dirige vers une compétence téléphonique. Notre solution offre un parcours incomparable puisqu’elle aiguille l’appel vers une interface digitale «visuelle» proposant un parcours client optimisé à partir de tous les outils digitaux et téléphoniques de l’entreprise.

Qui sont vos concurrents?

Nous n’en avons pas identifié à date. Ils se cachent peut-être dans un garage à Palo Alto, qui sait?

En proposant notre plateforme de contact intelligente, nous nous positionnons comme complémentaire des solutions de SVI actuelles et des solutions digitales comme le chatbot, les FAQ dynamiques, etc…

Quel est votre plan de développement?

Nous avons prévu une stratégie de croissance «Land and Expand» qui s'articule autour de trois pôles: 

  • Les canaux de ventes (partenaires, resellers et direct) pour l'expansion internationale,
  • Les secteurs industriels (dès qu'une référence est signée dans un secteur industriel et une géographie, on se rapproche des autres acteurs de la même industrie),
  • Au sein des clients (on étend la solution Dial-Once vers d'autres filiales/numéros internes).

 

Quels sont vos enjeux?

Afin de pouvoir garantir la montée en charge et l’internalisation de l’entreprise, il est nécessaire d’investir dans l’infrastructure, la capacité à prendre en charge de nouveaux clients et à animer des équipes de marketing/ventes internationales. Une deuxième levée de fonds est en cours pour faire face à ces besoins à venir.

Fondateurs :  Charles Dunston, Julien Kernec’h et Benoit Bouffard

Date de création : 2015

Levée de fonds :  2 millions d’euros début 2016 auprès de Ventech, de BGV et de nombreux BA

Siège : Paris

Bouton retour en haut de la page
[FW Radar] Dial Once veut digitaliser les communications téléphoniques
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux
[Série D] Exotec lève 335 millions de dollars pour devenir la première licorne industrielle française
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Avec 25,5 milliards de dollars levés en 2021, la Tech londonienne domine l’Europe
[SEED] Stoïk lève 3,8 millions d’euros auprès d’Alven Capital et Kima Ventures pour assurer les PME contre les cyberattaques
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies