ActualitéTech

Google a racheté la start-up rennaise FlexyCore

Après l’achat du français Sparrow en 2012 pour 25 millions de dollars, Google achète la start-up bretonne FlexyCore pour 16,9 millions d’euros.

Google a racheté la startup française FlexyCore pour 16,9 millions d’euros, selon une information de l’Expansion confirmée par un porte-parole de Google. La cession a eu lieu le 2 octobre.

Fondée en 2008 par Gilbert Cabillic qui a fait ses armes à l’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) et chez Texas Instruments en tant que directeur du département R&D, la société basée à Rennes est spécialisée dans l’édition et le développement de systèmes de logiciels pour smartphone, notamment le développement d’applications sous la technologie Java.

Parmi ses produits on retrouve iSpectrum, un kit de développement logiciel fonctionnant sous Java pour iPhone, ou encore DroidBooster, son équivalent pour Android. Les technologies développées par FlexyCore – protégées par des brevets – permettent notamment d’accélérer les tâches exécutées sur un terminal mobile.

L’entreprise avait levé 1,5 million d’euros en 2009 auprès d’investisseurs privés et a enregistré un chiffre d’affaire de 361 200 euros en 2012 contre 7 300 euros l’année précédente.

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

43 commentaires

Bouton retour en haut de la page
Google a racheté la start-up rennaise FlexyCore
Amazon s’ancre un peu plus en Inde avec un fonds de 250 millions de dollars pour les startups
tiktok
Face aux pressions de Pékin, les géants de la Tech s’engagent à respecter la concurrence
Imagerie médicale: le Français Imageens lève 1,2 million d’euros auprès d’Anaxago
Alors que le Royaume-Uni se déconfine, Deliveroo anticipe une décélération de sa croissance
Facebook: l’UE enquête sur la fuite des données de plus de 530 millions d’utilisateurs
Instagram
Like ou pas like? Instagram cherche à faire baisser la pression sociale