ActualitéTech

Google affecté par la perte de 1,24 milliard de Motorola en 2013

Sur un an, la filiale de Google a engendré 1,245 milliard de pertes. La firme de Moutain Vie présente cependant globalement de bons résultats en dépit d’un résultat net légèrement en dessous des prévisions.

motorola

Après le retentissement provoqué hier par l’annonce de la revente de Motorola par Google au Chinois Lenovo pour 2,91 milliards de dollars, alors qu’il l’avait acquis pour 12,5 milliards deux an plus tôt [lire notre article : Google jette l’éponge et vend Motorola au Chinois Lenovo pour 2,91 milliards de dollars, ndlr], la firme de Moutain View a publié ses résultats pour le quatrième trimestre de 2013.

Forcément, les yeux se sont tournés vers les chiffres de la filiale : le constructeur du fameux Moto X fait état d’une perte de 384 millions de dollars sur les seuls mois d’octobre à décembre, ce qui représente un résultat net de… -31%. Un bilan financier pour le moins inquiétant d’autant plus que, un an plus tôt, sur la même période, le fabricant de combinés avait dégagé un déficit de 152 millions dollars, soit -10% de son chiffre d’affaires.

Si l’on additionne ses pertes à partir de chacun des trimestres de l’année, la facture s’avère salée avec 1,245 milliard de dollars de pertes (4T : -384 millions de dollars, 3T ; -248 millions de dollars ; 2T : -342 millions de dollars ; 1T : -271 millions de dollars), soit un creux encore plus important que le -1,1 milliard encaissé en 2012.

Google garde cependant une marge très confortable et effectue une bonne performance dans l’ensemble. Au total, le mastodonte américain a dégagé 16,86 milliards de dollars de chiffre d’affaires sur le dernier trimestre, pour un résultat net positif de 3,37 milliards, en progression par rapport au troisième trimestre (14,89 milliards et 2,97 milliards). Mais si les revenus sont meilleurs que ce sur quoi tablaient les investisseurs , les mauvais résultats de Motorola ont pesé sur son bénéfice par action qui, à 12,01 dollars, s’est révélé légèrement inférieur aux prévisions.

Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

4 commentaires

  1. Bonjour,
    J’ai découvert votre site via facebook.
    Votre parcours est exemplaire votre courage incommensurable.
    Vous m’avez touchée, et je suis admirative,
    Je vous félicite pour toutes vos travaux et je vous souhaite
    un bel avenir pleine de couleurs
    http://www.danavoyance.com

  2. Google n’a pas perdu un centime avec motorola :

    il y a 22 mois, Google rachetait Motorola pour 12,5Mds$. Aujourd’hui, il le revend au Chinois Lenovo pour moins de 3Mds$. Et tout le monde de se gausser.
    Think again (1) ! Google a pompé le cash trouvé dans les caisses de Motorola (2,9Mds$), vendu sa division décodeurs (2,24Mds$) et gardé la majeure partie des brevets du fabricant de mobiles… valorisés à 5,5Mds$. 2,9+2,24+80% (la part gardée par Google) de 5,5 = 9,54Mds$ + 3Mds$ de prix de cession = 12,5. Google ne perd pas d’argent. On rigole moins ?
    Think again (2) ! Pendant 22 mois, Google a « bénéficié d’un labo grandeur nature pour affiner Android » et a pu comprendre intimement les problématiques de ses clients équipementiers. On commence à voir le truc ?
    Think again (3) ! Essoré, Motorola devenait encombrant pour Google qui peinait à convaincre les autres fabricants de téléphones utilisant Android que l’équipementier filiale du groupe ne bénéficiait pas de traitements de faveur. Il l’a donc vendu, regagnant, spectaculairement, les faveurs de ses clients (à commencer par le leader mondial, Samsung). On salue les artistes (de Mountain View).

Google affecté par la perte de 1,24 milliard de Motorola en 2013
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link