AcquisitionActualitéArts et CultureTech

[Hotline dans le cloud] L’américain Asurion rachète la start-up Soluto

Un géant américain de l’assurance high tech rachète la start-up israélienne Soluto

Soluto, une start-up basée à Tel Aviv, développe est un logiciel utilitaire gratuit qui permet de diagnostiquer et d’optimiser les performances de son PC, notamment les résolutions de Windows. La solution permet d’agir à distance sur les différents périphériques, et diagnostique les différents bgs ou mises à jour nécessaires. La start-up a lancé il y a quelques mois une offre de clous management sur iPad et iPhone.

La solution logicielle et cloud peut gérer plusieurs machines à distance, pilotant d’autres périphériques pour enclencher des actions.

Le CEO Tomer Dvir affirme avoir lancé le service pour aider sa mère à utiliser son ordinateur lorsqu’il n’était pas là « je peux l’aider à installer et utiliser Skype, Spotify ou d’autres logiciels »

Lancé à Tel-Aviv en 2008 par Tomer Dvir et Ishay Green, Soluto a déjà été téléchargé plus de 3 millions de fois, et plus de 15 millions d’actions ont été effectuées. Le logiciel a remporté le TechCrunch Disrupt en 2010.

Selon Calcalist, la société américaine spécialisée dans l’assurance de produits high-tech BtoC, Asurion rachète Soluto pour un prix situé entre 100 et 130 millions de dollars. Ces services incluent l’assurance sur les mobiles, les produits électroniques grand public et les solutions logicielles et les services connexes ( support technique, extension de garantie…).

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[Hotline dans le cloud] L’américain Asurion rachète la start-up Soluto
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link