Actualité

[INSIDERS] La CFE-CGC s’indigne du « pantouflage » chez Orange de l’ex-directrice adjointe du cabinet de la ministre du Travail

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

#Télécoms: la CFE-CGC s’indigne du « pantouflage » chez Orange de l’ex-directrice adjointe du cabinet de la ministre du Travail

La CFE-CGC Orange dénonce le recrutement de Claire Scotton, ex-directrice de cabinet adjointe de la ministre du Travail, au poste de directrice groupe stratégie prospective et solutions RH. Le syndicat soulève plusieurs problèmes entourant cette nomination.

Crédit: Ksokolowska/Shutterstock

Premièrement, cette nomination ne respecterait pas les règles définies par la Convention Collective Nationale des Télécommunications car aucune annonce n’aurait été publiée pour permettre à un autre salarié de présenter sa candidature. Le syndicat remet également en cause la légitimité professionnelle de l’ex-directrice de cabinet. Cette dernière n’ayant pas d’expérience à l’international-où Orange réalise 55% de son chiffre d’affaires-, ni dans le secteur des nouvelles technologies ou dans une entreprise privée.

De plus, à la suite de cette nomination, Claire Scotton verrait sa rémunération « quasi tripler » par rapport à ce qu’elle percevait au ministère du Travail. Le syndicat dénonce donc «un pantouflage choquant pour les personnels du groupe». La lettre officiellement adressée par la CFE-CGC à Valérie Le Boulanger, directrice des Ressources Humaines d’Orange, trouve particulièrement écho dans le contexte social tendu du moment.

La CFE-CGC demande à ce qu’il soit mis fin à la période d’essai de Claire Scotton, sous peine de faire appel à la Commission de déontologie. Pour rappel, cette ex-directrice adjointe du cabinet de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a pris ses fonctions de directrice groupe stratégie prospective et solutions RH le 2 janvier 2019.

#IoT : 30% des 18-30 ans possèdent un objet connecté 

AFP – Une étude OpinionWay pour l’ONG Internet Society France indique que 30% des Français de 18 à 30 ans ont au moins un objet connecté. L’Internet Society France vient de lancer un groupe de travail sur la sécurité de ces objets, encore souvent mal protégés contre les cyberattaques. L’Anssi (l’agence publique de cybersécurité), l’Arcep (agence de régulation des télécoms) et l’association la Quadrature du net, notamment, participeront aux travaux.

Le groupe veut publier d’ici la fin de 2019 «des recommandations concrètes sur le renforcement de la sécurité des objets connectés». Avant de «qualifier leurs dispositifs d’intelligents», les entreprises «doivent impérativement adopter la sécurité et la confidentialité dès la conception, et mettre en oeuvre des normes et des politiques de confidentialité responsables afin de protéger les utilisateurs», a estimé Constance Bommelaer de Leusse, directrice des politiques publiques pour l’Internet Society Monde.

Amazon Echo. Crédits : Amazon.

#Transport : Wizway se branche sur Samsung

AFP – La start-up Wizway Solutions, co-entreprise de Gemalto, Orange, la RATP et la SNCF spécialisée dans la dématérialisation des titres de transport sur smartphones, va pouvoir stocker des tickets et des abonnements dans le composant sécurisé embarqué au sein des appareils de Samsung, qui étaient jusqu’à présent réservés à la solution de paiement Samsung Pay. Le groupe sud-coréen est ainsi le premier fabricant de mobiles qui ouvre sa technologie au monde des transports en France.

#eSanté : un T-shirt connecté contre l’insuffisance cardiaque

AFP – La start-up française Chronolife a commencé à produire ses T-shirts connectés permettant de détecter l’insuffisance cardiaque chronique, pour pouvoir lancer une étude clinique en Europe sur 500 patients. Le T-shirt lavable surveille et récolte en continu six paramètres physiologiques (électro-cardiogramme, respirations abdominale et thoracique, température corporelle…) grâce à des composants intégrés au tissu.

Le lancement commercial à grande échelle est espéré en 2020. Chronolife vise notamment la clientèle de l’industrie pharmaceutique, des compagnies d’assurance et des établissements médicaux sociaux.

Crédits : Chronolife.
Bouton retour en haut de la page
[INSIDERS] La CFE-CGC s’indigne du « pantouflage » chez Orange de l’ex-directrice adjointe du cabinet de la ministre du Travail
ETX Studio rachète Majelan, la plateforme de podcasts de Mathieu Gallet
Deezer s’écroule pour ses premiers pas à la Bourse de Paris, dans un contexte « difficile »
FinTech : les levées de fonds ralentissent au premier semestre
Le député MoDem Jean-Noël Barrot nommé ministre délégué au Numérique
Web3 : Comment The Sandbox a attiré plus de 300 marques dans son métavers
[Nominations] Capgemini, Teads, Linxo… Les nominations de la semaine

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media