/ InsidersActualité

[INSIDERS] Facebook met fin aux transferts d’argent P2P sur Messenger en Europe

#P2P: Facebook met fin aux transferts d’argent sur Messenger en Europe

Facebook a annoncé l’interruption des paiements en peer-to-peer (P2P) sur son application Messenger, au Royaume-Uni et en France. Cette décision prendra effet dès le 15 juin 2019. Ce service permettait aux utilisateurs de transférer de l’argent via l’application de messagerie, et ne sera vraisemblablement disponible qu’aux Etats-Unis, où Facebook possède de nombreuses licences de transfert de fonds. Néanmoins, si les utilisateurs européens ne pourront plus transférer d’argent à des proches via Facebook, ils pourront y faire des dons à des ouvres de charité.

Crédit photo : Denys Prykhodov / Shutterstock.com

Facebook avait lancé son sytème de P2P en Europe en 2017, s’attaquant ainsi au marché du transfert de fonds, avec PayPal en ligne de mire. Cependant, le réseau social recul aujourd’hui, notamment à cause des derniers résultats trimestriels de janvier indiquant que le service n’avait généré pour Facebook que 274 millions de dollars, contre 16,94 milliards de dollars de gains en publicité. Si le service P2P de Messenger se solde par un échec, c’est également parce qu’il n’a pas su s’étendre au reste de l’Europe, après la France et le Royaume-Uni, empêchant ainsi les transferts à l’international.

Toutefois, Facebook compte lancer le 14 septembre prochain une nouvelle plateforme de paiement en Europe, baptisée « Strong Customer Authentication ». Par ailleurs, la rumeur court depuis un moment que l’entreprise américaine travaillerait sur sa propre cryptomonnaie.

#Robotique: le robot des pompiers dans la fournaise de Notre-Dame 

AFP – Quand les pompiers de Paris ont vu que la flèche de Notre-Dame menaçait de s’effondrer, ils ont rappelé les personnes à l’intérieur pour faire intervenir un robot, a raconté Gabriel Plus, leur porte-parole, à l’AFP mardi. Le robot, qui « permettait d’éteindre et de faire baisser la température à l’intérieur de la nef» selon Gabriel Plus, est un engin baptisé Colossus, fabriqué par Shark Robotics, une entreprise de La Rochelle.

Ce drone terrestre prend les risques à la place des humains quand la situation devient trop dangereuse, en cas de menaces d’éboulement, de fuites de gaz ou de températures trop élevées, par exemple. « Il se veut totalement modulable », précise Cyril Kabbara, cofondateur de Shark Robotics, interrogé par l’AFP. « Il peut effectuer plusieurs missions, comme éteindre le feu à distance, évacuer des blessés, apporter du matériel ou faire de la reconnaissance grâce à ses outils d’inspection vidéo et ses capteurs de gaz ». Colossus ne remplace pas les pompiers, qui sont chargés de le piloter avec une télécommande.

Colossus, le robot pompier. Crédit: SharkRobotics.

Lundi soir à la cathédrale Notre-Dame, les humains sont intervenus à l’intérieur pendant que la toiture brûlait, notamment pour sauver les oeuvres, avant l’effondrement de la flèche. Quand le risque est devenu trop important, ils ont envoyé ce colosse de 500 kilos, raccordé à la lance à incendie. Son canon à eau puissant lui permet d’effectuer des jets directs ou en forme de cône large. Long d’1,60 mètre, monté sur chenilles, il peut monter des escaliers, tracter jusqu’à deux tonnes et tenir en autonomie pendant 8 heures.

« Vous pouvez l’engager là où l’homme peut aller mais où ce serait très dangereux, (…) comme lors de l’opération à Choisy-le-Roi il y a un an, lors d’un très gros feu de parking sur deux niveaux avec un rayonnement thermique très élevé, à plusieurs centaines de degrés», raconte Cyril Kabbara. Colossus a d’ailleurs été conçu avec l’aide des sapeurs-pompiers, qui ont apporté leur retour d’expérience. Il est en service depuis deux ans à la brigade de Paris, et l’entreprise a aussi équipé Bordeaux, et remporté des marchés à Marseille et Charleroi (Belgique).

#Messagerie: Tchap commence à remplacer WhatsApp dans les services de l’Etat

AFP – L’Etat a commencé à déployer sa messagerie privée sécurisée, Tchap, destinée à remplacer WhatsApp ou Telegram pour les communications des agents des services de l’Etat ou du gouvernement, a indiqué mardi Nadi Bou Hanna, le directeur interministériel du numérique. La messagerie vient d’être rendue disponible sur les magasins d’applications d’Apple et Google, a indiqué M. Bou Hanna. Conçue en collaboration avec New Vector, une start-up franco-britannique, elle est « chiffrée de bout en bout», et est hébergée sur des serveurs de l’Etat, a expliqué M. Bou Hanna.

Crédits : Shutterstock.

Elle est accessible aux personnes disposant d’une adresse mail professionnelle en .gouv ou assimilé. « Nous allons ajouter très rapidement la visiophonie et la téléphonie» sur cette application, a ajouté M. Bou Hanna. L’application développée sur du code ouvert (open source) pourra être ponctuellement accessibles à des personnes extérieures aux services de l’Etat. Cela permettra la constitution de groupes de travail associant privé et public. L’Etat disposera également bientôt de son propre service de conférence vidéo, Jitsi, a précisé M. Bou Hanna.

Nadi Bou Hanna dirige depuis quelques mois la Dinsic (direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État), un service d’environ 145 personnes chargée de coordonner l’action des grandes administrations de l’Etat en matière d’informatique. Le nom « Tchap » fait référence au télégraphe optique de Claude Chappe, mis en service sous la Révolution et qui fut utilisé jusqu’au milieu du XIXème siècle et à l’arrivée du télégraphe électrique.

Tags

Assiya Berrima

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
[INSIDERS] Facebook met fin aux transferts d’argent P2P sur Messenger en Europe
SynLab, Weeby, CCMSA : focus sur les offres d’emploi du jour
[DECODE] La grande distribution française et les GAFA, un pacte avec le diable ?
Snapchat
Snap peut-il monétiser sa base d’utilisateurs croissante sans devenir invasif?
WeWork: SoftBank injecte 5 milliards de dollars et lance une OPA pour 3 milliards
La startup UntieNots lève 1,7 million d’euros pour sa solution de fidélisation client
La startup Ibat se positionne sur la transformation digitale du BTP avec une levée de 2,4 millions d’euros
Copy link