/ InsidersActualité

[INSIDERS] Facebook n’inspire pas confiance et perd en popularité

#Sondage: Facebook n’inspire plus confiance 

La réputation de Facebook aurait pâti des nombreuses polémiques et controverses qui ont secoué l’entreprise, selon un nouveau sondage Harris Poll, en partenariat avec AxiosSi Google et Apple ont également eu affaire à des scandales très médiatisés, ils ne subissent pas une crise de confiance vis-à-vis du public comme celle que vit Facebook actuellement. Le réseau est particulièrement mal noté en ce qui concerne la citoyenneté, l’éthique et la confiance. A l’inverse, Amazon est quant à lui en seconde position de l’entreprise à la meilleure réputation.

The Axios Harris Poll 100

Le sondage représente un échantillon de la société américaine. Il a été demandé à 6 118 adultes d’identifier les deux sociétés qui selon eux ont la meilleure et la pire réputation, puis les 100 « entreprises les plus visibles » ont été classées par un deuxième groupe de 18 228 adultes, en fonction de la réputation de l’entreprise. 

Pour le moment, bien que la réputation de Facebook ait été sérieusement entachée, le réseau ne perd pas d’utilisateurs ou d’argent de manière significative.

#WiFi: le Kenyan BRCK achète Surf pour étendre son réseau sans fil 

L’entreprise kenyane BRCK, qui vend du matériel informatique et développe des logiciels, vient d’acquérir les actifs de Surf, fournisseur d’accès à Internet sans fil, ainsi que sa société-mère américaine EveryLayer. Basée à Nairobi, Surf est présent dans 22 villes au Kenya et compte 200 000 clients actifs selon Erik Hersman, le PDG et fondateur de BRCK. Il a confié à TechCrunch vouloir étendre ses activités en Afrique de l’Est sans indiquer un pays en particulier, ainsi qu’en Indonésie, et prépare un projet au Mexique pour le mois prochain. 

Surf

Lancée en 2013 avec le BRCK v1, la première version de sa borne, l’entreprise kenyane a depuis innové dans son domaine, en particulier en 2017 lorsqu’elle lance Moja, un réseau Wi-Fi public gratuit. Toute personne à portée du signal peut se connecter gratuitement à la plateforme Internet, regarder des émissions, écouter de la musique ou lire des livres à partir du contenu stocké sur le réseau.

Soutenu par 10 millions de dollars d’investisseurs, dont le fonds de capital-risque Revolution VC de Steve Case, BRCK revendique avec cette acquisition plus de 2 000 bornes Wi-Fi publiques. 

#SiliconValley: Y Combinator prévoit de quitter la Valley pour San Francisco

Y Combinator, l’accélérateur américain de start-up présent dans la Silicon Valley depuis 2009, prévoit de déménager son siège social à San Francisco. De plus en plus d’entreprises installées dans la Silicon Valley déplacent leurs locaux au nord de San Francisco, dans l’espoir d’avoir accès aux meilleurs entrepreneurs.

Crédit: Y Combinator

Créé en mars 2005, Y Combinator a pour mission de fournir un capital d’amorçage, des conseils et des mises en relation, contre en moyenne 6% des capitaux de la société cliente. C’est donc un élément indispensable de l’écosystème des start-up et du capital-risque qui est actuellement à la recherche d’un local pour exploiter son programme d’accompagnement des jeunes pousses, la majorité de ses employés et ses fondateurs résidant à San Francisco, selon TechCrunch.

#VTC: Cabify revient à Barcelone malgré les restrictions

AFP – La plateforme de réservations de véhicules avec chauffeur (VTC) Cabify a annoncé mercredi la reprise de son activité à Barcelone, un mois après avoir affirmé quitter la deuxième ville d’Espagne à cause d’une réglementation plus restrictive. « La compagnie de mobilité ouvre à partir de demain le recours à ses  services à travers son application » à Barcelone, a annoncé dans un communiqué  la compagnie espagnole, principal concurrent dans le pays de l’américain Uber. Les deux plateformes avaient annoncé le 31 janvier la suspension de leurs  services à Barcelone après l’adoption par les autorités régionales de Catalogne d’une réglementation restreignant leur activité.

Le texte, approuvé suite à une virulente grève des chauffeurs de taxi, oblige les utilisateurs à réserver un VTC avec au moins 15 minutes d’avance –une heure dans l’agglomération de Barcelone- et interdit aux plateformes d’utiliser la géolocalisation de leurs véhicules. Les compagnies de VTC avaient jugé que cette réglementation revenait à  prononcer leur « expulsion » de la ville et entraînerait la destruction de 3.000  à 4.000 emplois. « L’entreprise est consciente que ce modèle n’est pas le meilleur (…) mais est disposée à assumer le coût, élevé et injustifié, de l’adaptation de son  modèle économique», a écrit mercredi Cabify. Son nouveau service disposera d’une flotte d’environ 300 véhicules. La montée des services de VTC a déclenché dans de nombreuses villes du  monde des conflits entre ce secteur et les traditionnels chauffeurs de taxi, qui les accusent de concurrence déloyale.

Assiya Berrima

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
[INSIDERS] Facebook n’inspire pas confiance et perd en popularité
[DECODE RH] Avec Diane Rivière, DRH / CHRO (Amazon, Adecco, Axa)
La Silicon Valley, tu passes ou tu t’en passes? 1/2
La startup R-Pur lève 2,5 millions d’euros pour ses masques anti-pollution
[PORTRAIT] Baptiste Robert, le hacker traqueur de failles à la renommée internationale
[Made in Switzerland] La Suisse à Slush 2019
Les offres d’emploi de la semaine
Copy link