Actualité

[Internet] Quand les femmes s’organisent en réseaux

Le 15 décembre dernier, près de 200 personnes se sont retrouvées au Next à Paris pour souffler les deux premières bougies de Girlz in Web… Même les hommes ont répondu présent pour fêter l’événement !

Fondée en 2009 par trois trentenaires férues des high tech (Célina Barahona, Lucile Reynard et Sabine Coulon), Girlz in Web est vite devenue l’une des organisations les plus actives du milieu. En effet, après quelques mois d’existence, le collectif a décidé d’ouvrir ses portes à l’adhésion en février dernier. Le succès est au rendez-vous puisque l’association compte désormais près de 200 adhérentes.

Erika Antoine, vice présidente de Girlz in Web, explique en quoi consiste leurs actions : « Notre association vise à aider les femmes à multiplier les contacts dans le secteur du web. L’idée est de leur apporter un coup de pouce pour développer leur business ou, au moment venu, trouver un nouveau travail. » Il s’agit donc bien d’un véritable réseau d’entraide 2.0.

A moyen terme, l’objectif de Girlz in Web est également de promouvoir et de valoriser la carrière des femmes dans le digital, encore trop peu considérée aujourd’hui. Le but final étant que l’association n’ait plus de raison d’être.

En effet, alors qu’ en France 20 millions d’internautes sont des femmes et que nombre d’entre elles se destinent à des carrières digitales (web-designeuses, community managers, développeuses, entrepreneuses 2.0), celles-ci restent encore peu visibles lors des grands événements du milieu. Dernier exemple en date : LeWeb’11 où près de 85% des speakers étaient des hommes.

Un manque de visibilité que Girlz in Web tente à tout prix de combler. Twitter, Facebook, posts de blog, interviews vidéos… Les membres de l’association sont sur tous les fronts et affichent une notoriété 2.0 qui semble faire la différence. En effet, ultra connecté, Girlz in Web compte près de 3000 followers sur Twitter et une communauté de plus de 2200 fans sur Facebook. 

Côté formation, le collectif a mis en place plusieurs dispositifs. Parmi eux : des rendez-vous de networking, des workshops mensuels, mais également le fameux « Amphi ». Organisée une fois par an, il s’agit d’une conférence animée autour d’une thématique porteuse. Le prochain se tiendra le 13 février 2012 au Palais Brongniart et se déroulera autour de la mobilité.

A côté de Grilz in Web d’autres réseaux professionnels oeuvrent également pour la valorisation des femmes dans le secteur des nouvelles technologies. Cyber-Elles, compte parmi les précurseurs en la matière et reste également très active. Fondée il y a dix ans, l’association s’adresse plus particulièrement aux dirigeantes expérimentées du monde de l’internet. L’organisation était d’ailleurs présente à la première édition du Forum de la Mixité, organisée par Connecting Women, le 16 décembre dernier où 1200 personnes se sont rencontrées.

Dernier venu sur le secteur, Girls in Tech Paris, a pour sa part été mis en place en mai dernier. Plus informel, le collectif, dirigé notamment par Roxanne Varza (ex Techcrunch France), organise régulièrement des cocktails animés par des entrepreneuses telles que Lara Rouyres et Tatiana Jama (LivingSocial France).

On citera enfin le groupe Mompreneurs. Un peu plus en retrait, cette organisation venue des Etats-Unis est, quant à elle, destinée aux femmes qui souhaitent créer leur entreprise après l’arrivée d’un enfant. Une initiative rendue beaucoup plus accessible depuis l’émergence d’internet.

Bref, dans le web, comme partout ailleurs, les femmes s’activent. Leurs actions semblent même peu à peu porter leurs fruits. Fany Pechiodat, fondatrice de « My little Paris » a été consacrée « jeune personnalité digitale influente de l’année » lors des derniers Hub Awards. Espérons qu’elle ne soit pas « l’arbre qui cache la forêt » !

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “[Internet] Quand les femmes s’organisent en réseaux”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This