ActualitéBusinessFinTechInvestissementsLes levées de fondsMarketing & CommunicationRetail & eCommerceStartup

Joko lève 1,6 million d’euros pour sa carte de fidélité digitale à destination des Millennials

Pour les marques, attirer et surtout fidéliser le consommateur est devenu un casse-tête. Et pour cause, non seulement le digital a fait émerger pléthore d’acteurs e-commerce qui proposent des services attractifs, mais en plus, la nouvelle génération de consommateurs, portée par les Millennials, a complètement rebattu les cartes du marché car beaucoup plus volatiles. En effet, les Millennials, pour désigner les 18-35 ans, fixent leurs propres règles de consommation, imposant de facto aux retailers de les suivre pour mieux les surprendre. Ils attendent des marques qu’elles leur fassent vivre une expérience, et les programmes de fidélité traditionnels, reposant sur une logique mono-enseigne et un scan lors du passage en caisse, sont loin d’y contribuer.

Dans ce contexte, la start-up parisienne Joko a développé une application mobile pour donner un nouveau souffle à la carte de fidélité et ainsi proposer une approche correspondant aux attentes des Millennials. Moins d’un an après sa création, la jeune pousse annonce aujourd’hui un premier tour de table de 1,6 million d’euros. Partech, Axeleo Capital et Lafayette Plug and Play ont participé à l’opération. 

Des points de fidélité cumulés automatiquement à chaque achat 

Fondée fin 2018 par Nicolas Salat-Baroux (ex-Jumia), Xavier Starkloff (ex-Jumia et Goldman Sachs) et Alexandre Hollocou (ex-Criteo), Joko propose au consommateur de connecter l’application mobile avec leur banque pour cumuler automatiquement des points lors de chaque achat réalisé avec leur carte bancaire auprès d’enseignes comme McDonald’s, Uber, Starbucks ou encore Zara. A chaque dépense, l’utilisateur est ainsi automatiquement notifié et peut consulter ses points dans l’application échangeables contre des bons d’achat valables auprès de plusieurs enseignes, ou les convertir en dons associatifs. 

En plus de proposer un programme de fidélité plus attrayant pour le consommateur, l’application permet aux marques d’avoir une meilleure connaissance de leurs clients pour améliorer leur stratégie marketing et d’avoir une meilleure vision du marché et de la concurrence. S’appuyant sur une couche d’intelligence artificielle, Joko est ainsi capable de suggérer des offres personnalisées en fonction des habitudes des utilisateurs. Parmi ses partenaires, la start-up compte notamment Le Printemps, Fnac, Leroy Merlin, Heetch ou encore Franprix.

Tirant profit de la deuxième directrice européenne sur les services de paiements (DSP2), qui oblige les banques à rendre accessibles les données de leurs clients, sous réserve de leur consentement, à des entreprises tierces, Joko entend s’appuyer sur ce financement pour accélérer le développement de sa solution, ce qui passera par un renforcement des effectifs pour épauler l’équipe actuellement basée à Station F, où la société est actuellement accompagnée par les programmes Axeleo Scale et Startup Garage de Facebook. «Notre ambition avec Joko est de créer une marque forte, un produit utilisé par des millions de gens que les marques récompensent au quotidien, en mettant la technologie au service de l’expérience utilisateur», indique Xavier Starkloff, co-fondateur et CEO de Joko. La société compte également s’étendre à l’international d’ici 2020. Sur ce marché, la jeune pousse parisienne se retrouve en concurrence avec des acteurs comme l’Allemand Stocard et le Français Captain Wallet, qui développent des solutions de dématérialisation des cartes de fidélité. 

Joko : les données clés

Fondateurs : Nicolas Salat-Baroux, Xavier Starkloff et Alexandre Hollocou
Création : 2018
Siège social : Paris
Activité : programme de fidélité digital
Financement : 1,6 million d’euros en juillet 2019

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Joko lève 1,6 million d’euros pour sa carte de fidélité digitale à destination des Millennials
Droit voisin: la presse française porte plainte contre Google
La startup Lucence Diagnostics lève 20 millions de dollars pour détecter les signes précoces de cancer
FinTech: iBanFirst met la main sur le Néerlandais NBWM
[Made in Océan Indien] Forum NxSE: lorsque la French Tech de la Réunion reçoit Emmanuel Macron…
Addactis Software, FrenchWeb, BiiG : focus sur les offres d’emploi du jour
Airbnb
Le divertissement, nouveau pilier de la stratégie d’Airbnb
Copy link