ActualitéAmérique du nordBusinessEuropeFinTech

La consolidation du secteur des paiements s’accentue avec la fusion de FIS et Worldpay

Le paiement international vient de voir la plus grosse transaction de son histoire, et par là même un pas de plus vers une consolidation accrue du secteur : la FinTech américaine Fidelity National Information Services (FIS) rachète le spécialiste britannique des moyens de paiement Worldpay pour près de 35 milliards de dollars en espèce et en actions. Le montant du rachat atteint 43 milliards de dollars en incluant la dette de Worldpay. Les actionnaires actuels de FIS détiendront environ 53 % de la nouvelle entité, qui promet de dégager 12,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires, tandis que les investisseurs de Worldpay en détiendront 47 %.

Fondé en 1968 et basé à Jacksonville, en Floride, FIS a développé des logiciels de paiement pour les secteurs du retail et de la banque. La société affirme compter environ 20 000 clients dans 130 pays. Worldpay a pour sa part été lancé en 1989 et s’est spécialisé dans les paiements en ligne à l’échelle mondiale. L’entreprise revendique plus de 40 milliards transactions annuelles, effectués dans 300 types de paiement, dans 146 pays et dans 126 monnaies différentes.

A l’issue de l’opération, FIS et Worldpay seront positionnés sur les opérations bancaires d’entreprise, les paiements, les marchés de capitaux et l’e-commerce global.

Transformation rapide des usages des consommateurs

Le marché des paiements électroniques subit une concentration croissante de ses différents acteurs historiques. Ces derniers se voient contraints de renforcer leurs offres pour faire face à de nouveaux acteurs des technologies financières, dont Apple Pay ou Google Pay et pléthore de start-up FinTech. Ces derniers profitent d’une transformation rapide des usages des consommateurs, qui pivotent toujours plus de paiements en espèces aux paiements numériques. Ils tirent leurs revenus en prélevant des commissions sur les transactions effectuées par les clients qui utilisent leurs services.

Selon des données du cabinet McKinsey, les paiements électroniques à travers le monde devraient atteindre les 3 000 milliards dollars par an d’ici à 2023. Le Boston Consulting Group et Swift voient, eux, ces paiements valoir 2 400 milliards de dollars d’ici à 2027.

Des transactions record

Le rachat par FIS survient plus d’un an après le rachat pour 10,63 milliards de dollars de Worldpay par le spécialiste américain des cartes de crédit Vantiv. Ce dernier avait alors pris le nom de Worldpay, qui a évolué dans le giron de la Royal Bank of Scotland jusqu’en 2010.

Dans une autre transaction géante de grande ampleur en janvier, le fournisseur de technologie financière Fiserv avait mis la main sur First Data, spécialiste du traitement des paiements, pour 22 milliards de dollars. Les deux entreprises américaines fusionnent ainsi sous la bannière de Fiserv afin de proposer une gamme de solutions de bout en bout et de nouveaux services.

Lundi également, le spécialiste italien des paiements Nexi a amorcé sa procédure d’introduction en Bourse à Milan, pour une valorisation qui pourrait atteindre pas moins de 8 milliards d’euros. L’IPO, qui pourrait être effective au mois d’avril, serait l’une des plus importantes de l’année en Europe.

Patrick Randall

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
La consolidation du secteur des paiements s’accentue avec la fusion de FIS et Worldpay
carrefour
La Cnil condamne Carrefour à une amende de 3 millions d’euros pour manquements au RGPD
Télétravail: quelles sont les principales mesures validées par la majorité des partenaires sociaux?
Comment le service de location de voitures Carlili veut s’étendre en France
General Electric s’apprête à supprimer près de 300 postes en France
Unacademy
EdTech: Unacademy lève de nouveaux fonds pour atteindre une valorisation de 2 milliards de dollars
Blast, un programme soutenu par Starburst qui veut faire exploser les startups françaises du spatial