ActualitéBusinessDecode BusinessEuropeFinTechInvestissementsLes levées de fondsStartupTV

La FinTech iBanFirst lève 15 millions d’euros pour continuer à tisser sa toile en Europe

Interview de Pierre-Antoine Dusoulier, fondateur et CEO d’iBanFirst

Le montant

La FinTech iBanFirst, qui propose un service de paiements internationaux aux PME, a bouclé un tour de table de 15 millions d’euros mené par Serena Capital. Le fonds Breega Capital et Xavier Niel, fondateur d’Iliad (Free) et créateur de Station F, ont également participé à l’opération. Celle-ci intervient deux ans après une première levée de fonds de 10 millions d’euros, déjà auprès de Xavier Niel.Apple-converted-space »> 

Le marché

Lancée en 2013 par Pierre-Antoine Dusoulier, qui a notamment dirigé le courtier Saxo Banque France, iBanFirst garantit une ouverture de compte en ligne en 2 minutes et offre l’opportunité aux entreprises de réaliser des transactions dans 25 devises. L’originalité de son approche tient à son mode de facturation, identique à celui pratiqué dans le SaaS : l’entreprise ne paie que pour ce qu’elle utilise. Depuis cette année, la jeune pousse bénéficie de l’entrée en vigueur de la directive européenne PSD2 qui élargit le champ des possibles (synchronisation des comptes, initiation de paiement, analyse des frais bancaires…). Agréée par la Banque Nationale de Belgique, la FinTech détient les trois agréments PSP, AISP et PISP, sésames qui ont permis à la société de lever les obstacles liés aux paiements et aux transferts d’argent en devises.

La plateforme franco-belge compte à ce jour plus de 2 500 entreprises clientes, qui ont exécuté plus de 100 000 paiements via la plateforme depuis sa création, dont 40 000 rien qu’en 2018. Au total, ce sont plus de 5 milliards d’euros de transactions en volume qui ont été transférés avec iBanFirst, dont 2 milliards cette année. «Comme pour les télécoms et l’énergie en leur temps, il est aujourd’hui possible de construire une proposition de valeur incomparable au-dessus de l’infrastructure bancaire. C’est ce que développe iBanFirst avec sa vision de métabanque pour les entreprises internationales», estime Ben Marrel, co-fondateur de Breega Capital.

Parmi les autres FinTech qui visent les PME, il y a également Qonto, néobanque française qui revendique actuellement plus de 25 000 entreprises clientes, dont Alan, Comet, Side ou encore France Digitale. Outre les acteurs bancaires classiques, iBanFirst est également en concurrence partielle avec d’autres FinTech, à l’image de Kantox sur le marché des changes, Lendix en matière de financement (prêt) ou encore Lemon Way dans la gestion des paiements.

Les objectifs  

Ce tour de table doit permettre à iBanFirst de «devenir le leader européen des services financiers aux entreprises qui ont une activité à l’international». Dans ce sens, ce financement sera utilisé pour soutenir la R&D, lancer de nouveaux services et renforcer la présence de la FinTech à l’international, en Europe dans un premier temps puis en Asie à moyen terme. «Notre ambition est d’enrichir constamment notre plateforme avec de nouveaux services. Dans un avenir proche, nous proposerons l’accès à de nouvelles devises, le financement de créances, des placements de trésorerie mais aussi des solutions de change à terme encore plus élaborées», indique Pierre-Antoine Dusoulier, fondateur et CEO d’iBanFirst. La société vise les 100 millions d’euros de revenus d’ici 5 ans.

iBanFirst : les données clés

Fondateur : Pierre-Antoine Dusoulier
Création : 2013
Siège social : Bruxelles
Activité : plateforme BaaS (Banking-as a-Service) de services financiers aux entreprises
Effectifs : 90 collaborateurs

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
La FinTech iBanFirst lève 15 millions d’euros pour continuer à tisser sa toile en Europe
Facebook/Google
Google et Facebook dominent toujours plus le marché français de la pub en ligne
eToro, la plateforme de trading social qui veut donner le goût de l’investissement aux particuliers
Mary Meeker mène un tour de table de 85 millions de dollars dans la licorne australienne Canva
Netflix dépasse les 158 millions d’abonnés dans le monde
Droits voisins: Macron veut « engager au plus vite » l’Europe contre les géants du numérique
[DECODE] Que disent les acquisitions de Google (Alphabet) sur sa stratégie?
Copy link