Decode BusinessFinTechStartupTV

Un an après son lancement, la néobanque B2B Qonto fait le bilan

Interview d'Alexandre Prot, co-fondateur et CEO de Qonto

Il y a un an, la néobanque française Qonto voyait le jour avec la volonté de simplifier les démarches bancaires des entreprises, PME, start-up et indépendants en tête. Lancée par Alexandre Prot et Steve Anavi, la banque en ligne, qui promet une ouverture de compte en 5 minutes, propose son service à partir de 9 euros par mois. Le prix augmente suivant le nombre de cartes demandées et le nombre de virements réalisés au cours du mois.

En marge de son lancement, Qonto avait levé 10 millions d’euros en juillet 2017 pour financer ses ambitions en France ainsi qu’à l’international. Après avoir atteint les 5 000 entreprises clientes fin 2017, six mois après son lancement, puis 10 000 en mars dernier, la néobanque en revendique désormais plus de 20 000, dont Alan, Comet, Side ou encore France Digitale. Face à une concurrence de plus en plus dense, représentée notamment par manager.one, Shine et Monaize, la banque en ligne entend poursuivre sa marche en avant dans l’Hexagone avant d’entamer son expansion européenne dès l’année prochaine.

Qonto : les données clés

Fondateurs : Alexandre Prot et Steve Anavi
Création : 2016
Siège social : Paris
Activité : néobanque B2B
Effectifs : 85 collaborateurs
Financement : 10 millions d’euros en juillet 2017

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Un an après son lancement, la néobanque B2B Qonto fait le bilan
Comment la crise a accéléré la transformation numérique des grands groupes bancaires
Après l’e-commerce, MercadoLibre veut devenir leader des paiements numériques en Amérique Latine
Moment devient Dimpl et lève 4 millions d’euros auprès d’Elaia, Idinvest et Bpifrance
Cryptomonnaie: aux États-Unis, l’émission d’un dollar numérique prendra du temps
FinTech : Stripe met la main sur la startup nigériane Paystack
Coronavirus: les PME et TPE pourront bénéficier des prêts participatifs de l’État en ligne