ActualitéAsieAsieCrowdfundingLes levées de fonds

La plateforme de crowdfunding Tumblbug lève 14 millions d’euros

Le montant

La plateforme de financement participatif sud-coréenne Tumblbug vient de lever 17 milliards de won sud-coréens, soit l’équivalent de 14 millions d’euros. Ces fonds ont été levés auprès de DCM, Strong Ventures, et de Naver, l’éditeur de l’application japonaise Line, affirme le site sud-coréen BeSUCCESS.

Le modèle économique

Tumblbug applique un modèle économique comparable à celui de Kickstarter et cible les projets d’artistes travaillant sur l’image, de musiciens, de designers, de réalisateurs, etc. Il s’agit d’une plateforme de don/contre-don, les porteurs de projets s’engagent à livrer un bien ou à rendre un service d’une valeur équivalente au prêt consenti. La start-up affirme que 65% des 1 800 projets qu’elle a mis en avant ont atteint leur objectif de financement. Si l’on cumule les dont reçus, ils ont jusqu’à là réunis 44 milliards de wons coréens au total, soit 36 millions d’euros.

Les objectifs de la Start-up

Le but de cette levée de fonds est de financer l’amélioration technique de la plateforme et le développement de la communauté, a déclaré Jaeseung Yeom, le fondateur.

Siège social : Seoul, Corée du sud

Secteur d’activité: financement participatif

Fondateur : Jaeseung Yeom

Investisseurs : Naver, Strong Ventures et DCM

Création : janvier 2011

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
La plateforme de crowdfunding Tumblbug lève 14 millions d’euros
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link