A la uneBusinessObjets connectés

La Poste veut propulser l’IoT français sur le devant de la scène mondiale

Participez-au concours French IoT

La Poste se lance de nouveaux défis et c’est sa filiale Docapost qui en a la charge. Tout a commencé lors d’un premier voyage en janvier dernier au CES de Las Vegas où Raphaël Basset, directeur Marketing Stratégique chez Docapost, filiale de La Poste, et David de Amorim, directeur de l’Innovation ont observé la place prise par les objets connectés. « Ils s’étalaient sur des centaines de mètres carrés, à perte de vue… », raconte, enthousiaste, David de Amorim. Il faut dire que le marché de l’IoT est estimé à 1 700 milliards de dollars, selon les prévisions du cabinet IDC. La Poste estime donc qu’elle a sa carte à jouer, avec un concours start-up et un « hub numérique ».

« Des centaines de milliards d’objets seront vendus dans le monde dans les décennies à venir; cela va toucher tout le monde, les seniors, les familles, les personnes non technophiles, etc. Or, au-delà du capital de confiance sur lequel nous nous appuyons, nous sommes le seul grand réseau de proximité en France », expliquent les directeurs de Docapost dont la mission est d’emmener Le Groupe La Poste sur « les secteurs porteurs et créateurs de valeurs ».

[tabs]

[tab title= « Participez-au concours French IoT »]

[/tab][/tabs]
Attention le concours French IoT se termine le 23 juillet prochain. Pour candidater, téléchargez le dossier de candidature et envoyez-le à depot-iot@docapost.fr.

Conditions générales

Règlement du concours

Avec l’IoT, La Poste veut se rendre indispensable auprès des particuliers et des entreprises en répondant à un premier besoin : centraliser la multitude des objets connectés sur une même plateforme. Pour simplifier les usages de ces objets et services connectés, La Poste s’est appuyée sur sa filiale Docapost pour développer le « hub numérique », plateforme universelle en mode SaaS à interface de pilotage unique. « La force du hub numérique réside dans sa neutralité, et sa compatibilité. Chacun, en B2B comme en B2C, peut partager sur le hub avec son application mobile, des informations de manière sécurisée », explique Raphaël Basset.

Ce tableau de bord de pilotage va permettre aux particuliers de visualiser les données de leurs différents objets, et de combiner ces données pour créer leurs propres scénarii d’usage », détaille-t-il.

Compatible et ouvert aux API, le hub a déjà convaincu des sociétés françaises de l’IoT qui voient dans les atouts du hub numérique de La Poste un levier de démocratisation de l’IoT et par conséquent de leur développement sur ce marché.

[tabs]

[tab title= « Les fournisseurs intégrés sur le hub numérique »]

  • Legrand et ses solutions MyHome
  • MyFox et sa solution de sécurité du domicile
  • Withings et ses solutions de bien-être (bracelets d’activité physique et pèse-personne connecté)
  • Smockeo : un détecteur de fumée connecté via le réseau SigFox

 

[/tab]

[/tabs]

Grâce aux API, les start-up connectées auront l’opportunité de développer leurs solutions IoT. « L’offre de service d’API sera progressivement enrichie et élargie en 2015 mais sera ouverte prioritairement aux start-up qui auront rejoint notre programme French IoT », explique les responsables du hub numérique.

Jusqu’à 15 000 euros pour 15 pépites

Pour attirer les start-up de l’IoT, Le Groupe La Poste a créé le programme d’accompagnement #FrenchIoT. L’objectif, accompagner une centaine de start-up dans leur passage à l’échelle et soutenir pro-activement une quinzaine d’entre elles. « Nous sommes convaincus que les initiatives naissent dans les territoires et nous souhaitons leur donner un rayonnement national avec l’appui de partenaires reconnus comme la Cité de l’Objet Connecté d’Angers inaugurée en juin, et à l’international avec le CES Unveiled et le CES Las Vegas dont nous sommes actuellement le seul partenaire français », précise David de Amorim.

Les lauréats du concours « French IoT » seront dévoilés à l’occasion du CES Unveiled qui aura lieu le 21 octobre prochain à Paris. En plus de recevoir un financement de 5 à 15 000 euros, ces pépites tricolores auront aussi le privilège de s’exposer au prochain CES de Las Vegas 2016.

Le CEA (le Consumer Electronics Association à l’origine du CES) est convaincu du potentiel français pour l’avenir de l’IoT et de la capacité de La Poste à fédérer une filière française de l’IoT : grands groupes et start-up.

« Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à l’enregistrement de votre société au concours start-up et un « hub numérique » organisé par Le Groupe La Poste. Le destinataire des données est l’éditeur de FrenchWeb: ADSVARK SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris, Le Groupe La Poste et sa filiale Docapost. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à ADSVARK SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. »

[En partenariat avec La Poste]

Tags
atelier-platform

FrenchWeb

Pour contacter la FrenchWeb, cliquez ici / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This