ActualitéStartup du jour

La start-up du jour: Big Moustache, des rasoirs à portée de clics

La Startup du jour vous est présentée par Sellsy, le meilleur outil pour gérer vos ventes:
  • Logiciel collaboratif web et mobile
  • CRM puissant et productif
  • Facturation et calcul de marge
  Vous souhaitez également parrainer la Startup du jour ? Pour en savoir plus, cliquez ici

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Big Moustache cette start-up parisienne commercialise des box de matériel de rasage Made in France (lames et rasoirs) que l’on commande en ligne. Elle reprend un concept similaire à celui de l’américain Dollar Shave Club. Plus de détails avec Nicolas Gueugnier, fondateur de la start-up:

Frenchweb: Comment avez-vous eu l’idée de créer cette start-up ?

 Nicolas Gueugnier : En me coupant de plus en plus régulièrement avec une lame usée, après avoir oublié une énième fois de descendre en racheter au supermarché.

A quel besoin répondez-vous ? Qui sont vos clients ?

Nos membres sont surtout des hommes (10% de notre base est féminine) qui se rasent avec un rasoir mécanique. Cela concerne potentiellement 8 millions de Français, mais la prescription est majoritairement féminine (c’est madame qui achète). Le besoin est d’abord économique car le marché dispose de monopoles de situations des fabricants en amont (Gillette détient 70% du marché) et en aval (la grande distribution retient 95% des ventes).

big-moustache-Nicolas-Gueugnier
Nicolas Gueugnier

Quel est votre modèle économique ? 

Les rasoirs sont vendus entre 3 et 7 euros, par abonnement sans engagement à souscrire en ligne. Nous ne communiquons pas sur nos marges.

Qui sont vos concurrents? 

Nos concurrents s’appellent Morning’Glory et On Rase Gratis. Les pionniers son américains, s’appellent Dollar Shave Club et Harrys, comptent respectivement 900 000 et 300 000 membres après avoir levés respectivement 22 et 122 millions de dollars… de quoi nous faire espérer un bel avenir, les marchés étant similaires.

Avez-vous déjà organisé une levée de fonds?

Nous avons réalisé au premier trimestre 2014 une levée de fonds de 300 000 euros auprès de business angels. Nous envisageons dans quelques mois de refaire un tour de table.

Vous êtes accompagnés par l’Accélérateur: qu’est-ce que cet accompagnement vous a apporté ?

L’Accélérateur a joué en 2013 le rôle d’un mentor extrêmement qualifié avec des compétences multiples autour de la table (des serial entrepreneurs, des investisseurs, des industriels) qui nous ont beaucoup aidé à valider notre modèle, à travailler notre ADN et à constuire un business plan pour aller jusqu’au premier tour de table.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Ayant été le premier en France, la première problématique a été de valider le besoin du marché et de tester la pertinence du modèle. La réponse apportée a été faite grâce à de très nombreux aller-retours avec les premiers membres ambassadeurs, qui nous ont permis de réaliser de multiples itérations afin de plaire au plus grand nombre.

Que faisiez-vous avant  de monter ce site?

J’ai travaillé plus de 5 ans dans un fonds d’investissement, à accompagner des dirigeants de PME françaises dans leurs problématiques de développement. Epanoui mais frustré par cette casquette de « financier » qui limite l’intervention auprès des entrepreneurs, j’ai voulu passer de l’autre côté de la barrière, mouiller la chemise et prouver que je pouvais moi aussi créer (plutôt que de blablater dans un comité d’investissement). 

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

Je ne sais pas par qui cela m’a été donné car je l’ai entendu plusieurs fois mais je pense souvent aux conseils de serial entrepreneurs qui prônent l’écoute et l’agilité comme qualités principales d’un entrepreneur. « Un entrepreneur doit s’entourer de compétences meilleures que soi » et d’autre part doit avoir un très bon jeu de jambes et rester toujours en mouvement pour passer d’un côté à l’autre et se parer à toutes les situations qu’il peut rencontrer au cours d’une même journée.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

De manière générale, tous ceux qui créent et font bouger les lignes. En France et ailleurs. En particulier, un entrepreneur comme Tony Hsieh, fondateur de Zappos aux Etats-Unis.   

Fondateurs: Nicolas Gueugnier , Alexis de Guitaut

Investisseurs: les fondateurs et des business angels

Date de création: février 2013

Chiffre d’affaires 2013: 70 000 euros

Société basée à : Paris

Effectifs: 7 personnes dont 5 salariés

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Hum… ce n’est pas vrai, ils n’ont pas été les 1er. Le premier site à vendre des rasoirs pas cher (5 lames) sur internet c’est depuis depuis 2010: soit 3 ans avant ! Et c’est rasoirpascher.com (que je connais pratiquement depuis le début). La grosse différence, c’est que je commande vraiment quand j’ai besoin ;-)

Bouton retour en haut de la page
La start-up du jour: Big Moustache, des rasoirs à portée de clics
[Webinar] Comment simplifier vos processus et réduire vos coûts grâce à la signature électronique ?
Walmart achète des actifs de JoyRun pour compléter son service de livraison
En route vers une consolidation du marché des VTC
Dans sa course contre TikTok, Snapchat lance Spotlight pour séduire les jeunes utilisateurs
Radio France
Radioplayer France: les principales radios françaises lanceront une plateforme commune en 2021
snapchat
Snap poursuit ses ambitions dans les technologies vocales avec une nouvelle acquisition