ActualitéCrowdfundingRetail & eCommerceStartup du jour

La start-up du jour : Meet My Designer allie crowdfunding et concept store pour les « fashion designers »

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Meet My Designer, une start-up toulousaine qui fait le pari du financement participatif à destination de la mode. Plus de détails avec Boris Mounet, le co-fondateur.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

meetmydesigner-5Boris Mounet : C’est lors d’un voyage à Londres, que nous avons été quelque peu frappés par l’uniformité et la morosité de l’offre de prêt-à-porter d’aujourd’hui. Mais comment y remédier ? Comment proposer aux passionnés de mode des créations innovantes et pointues ? De retour en France après avoir étudié le marché, nous avons découvert que 68 % des jeunes créateurs éprouvent des difficultés à réunir les fonds nécessaires au lancement de leur première collection. C’est alors que Meet My Designer, plateforme de fashion crowdfunding est née.

Nous avons un positionnement qui bénéficie aux marques en les associant et en créant un concept-store en ligne qui dépasse les fonctions d’une plateforme de vente ou de crowdfunding classique.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Les créateurs émergents recherchent des fonds, de la visibilité et des points de vente pour lancer et développer leurs marques. Les passionnés de mode aspirent plus à la découverte de nouveaux talents et à vivre une nouvelle expérience d’achat de mode en ligne. Ce constat nous l’avons fait très tôt en créant Meet My Designer, loin des sentiers battus et dès l’arrivée des market-places et des plateformes de financement participatif généralistes dédiées aux créateurs.

Meet My Designer, c’est une nouvelle génération de plateforme de crowdfunding qui permet aux créateurs émergents de réussir le lancement de leur première collection avec une approche atypique qui bouscule les idées reçues sur le fonctionnement de l’industrie de la mode.

OLYMPUS DIGITAL CAMERATrès simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous prélevons une commission de succès de 9 % sur toutes les collectes réalisées sur Push My Designer ainsi qu’une rémunération de 25% prélevée sur chaque vente générée sur le concept store

Qui sont vos compétiteurs ?

Il existe aujourd’hui des plateformes généralistes de crowdfunding (Kickstarter, Indiegogo…) pour financer les projets de fashion designers et des market-places traditionnelles (Net-à-Porter, Boticca, L’Exception…) qui permettent aux créateurs indépendants de générer un store online et de commercialiser leurs pièces sur un point de vente sélectif et qualitatif. Mais aucune solution n’intègre simultanément et de manière complémentaire les deux interfaces (financement et e-shop) sur une plateforme robuste et esthétiquement très aboutie comme Meet My Designer.

Nous misons sur la sélection pour offrir le meilleur et les plus prometteurs des designers indépendants et nous démarquer des places de marché de créateurs existantes.

A quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

On nous appelle souvent le My Major Company ou le Kickstarter de la mode. Au début, c’était bien sûr flatteur, mais nous avons vite découvert que c’est « dangereux » pour une jeune start-up d’être considérée comme étant le X de Y.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Nous avons eu la chance d’être passés de l’idée à la traction avec nos 1000 premiers euros. Par la suite, nous avons rencontré différentes problématiques que nous avons résolues avec l’aide des entrepreneurs et experts rencontrés au Camping Toulouse et à l’Incubateur Midi-Pyrénées.

MeetMyDesigner-2Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Une vision disruptive : nous permettons aux passionnés de mode du monde entier de prendre part à la naissance d’une success-story dans l’industrie de la mode. Meet My Designer ouvre l’accès à une nouvelle classe d’investissements jusqu’ici réservée aux mécènes (Pierre Bergé ….) et aux acteurs spécialisés (mode et finance, la Fondation LVMH, Kéring…). En septembre, nous déploierons avec la Fédération française de prêt-à-porter féminin et plus de 150 écoles de mode un « écosystème » qui permettra aux créateurs émergents de réussir le lancement et le développement de leurs premières collections.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

« Tomorrow is the only thing that comes to you, even if you don’t do anything » j’ai vu cette phrase ce matin sur un mur quelque part dans Toulouse. C’est à la fois efficace et inspirant !

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Le choix est difficile, mais j’ai été bluffé par le travail, la détermination et la vision d’Aliko Dangoté (Dangote Group) et dans un autre genre Elon Musk (Tesla Motors, Space X) . Plus proche de moi, il y’a aussi Ludovic Le Moans (Sigfox) ou encore Marc Rougier (Scoop.it), je suis fasciné par l’énergie déployée pour faire de leur start-up respective des leaders sur leurs marchés.

Fondateurs : Boris Mounet et Fabien Millerand

Investisseurs : love money

Date de création : mars 2013

Nombre de salariés : 5

Chiffres d’affaires : N.C.

Société basée à : La Tic Valley, à Toulouse

[A lire également, sur le même sujet : [Investir en Direct] Carnet de Mode,
la vitrine crowdfunding des créateurs indépendants
]

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
La start-up du jour : Meet My Designer allie crowdfunding et concept store pour les « fashion designers »
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link