ActualitéBusinessInvestissementsMedia

Le fonds Google pour la presse versera ses premiers financements à l’automne prochain

Doté de 60 millions d’euros, ce fonds doit soutenir la presse d’information politique et générale dans sa mutation vers le numérique.

L’acte de naissance du fonds Google pour la transition numérique de la presse a été signé  jeudi 13 juin par L’AIPG (Association Presse d’information politique et générale).

La création de ce fonds avait été décidée le 1er février dernier, à l’issu d’un accord entre les éditeurs de la presse française et le moteur de recherche. Cet accord, conclu à l’Elysée sous l’égide de François Hollande et Eric Schmidt (président du conseil d’administration de Google), faisait suite à un affrontement de plusieurs mois entre Google et les éditeurs : les acteurs de la presse française souhaitaient, en effet, que le géant du web paye pour le référencement des articles, car ceux-ci lui permettent de générer des recettes publicitaires.

Le fonds dispose de 60 millions d’euros pour investir dans les efforts de mutation numérique de la presse. Seuls les titres d’information politique et générale pourront en bénéficier : presse nationale généraliste, presse régionale et presse en ligne. Pour être financés, les titres de presse devront présenter des projets en lien avec leur transition vers le numérique. Parmi les critères de sélection figurent la viabilité économique du projet, et son degré d’innovation.

Parmi les administrateurs du fonds Google, on compte notamment Mats Carduner, ex-président de Google France, Francis Morel, PDG des Echos, et Marie-Christine Levet, associée de Jaïna Capital (le fonds d’investissement de Marc Simoncini). Les premiers financements devraient être réalisés à l’automne prochain.

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

Bouton retour en haut de la page
Le fonds Google pour la presse versera ses premiers financements à l’automne prochain
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Gojob, la startup qui veut revaloriser le statut de l’interim grâce à l’IA
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
[SEED] Wisear lève 2 millions d’euros pour dépasser le contrôle vocal des objets via son interface neurale
[Serie C] Wandercraft lève 45 millions de dollars pour accélérer son développement aux États-Unis