AcquisitionActualitéEuropeInvestissementsTech

Le français Systran s’apprête à battre pavillon coréen

Le coréen CSLI s’apprête à acquérir les parts des fondateurs et dirigeants de Systran: Dimitri Sabatakakis, Guillaume Naigeon, Denis Gachot, Jean Senellart, Charles-Eric Boscals de Réals ainsi que celles de Valfinance et SOPI. La transaction se fait sur une base de 5 euros par action, et valorise la société à 37,5 millions d’euros. CSLI devrait mettre en place une OPA en 2014 suite à cette première prise de participation.

Systran est spécialisé dans les logiciels de traduction automatique. La société a été créée dans les années 60 aux Etats Unis, et avait été rachetée par la famille Gachot en 1986. Depuis 2000, Systran connait une baisse de son chiffre d’affaire, à 6,419 millions d’euros en 2012. La société compte aujourd’hui une quarantaine de salariés en France.

Systran compte parmi ses clients de très nombreux services de la sécurité américaine dont la NSA (National Security Agency), la CIA (Central Intelligence Agency), l’ODNI (Office of the Director of National Intelligence), le NASIC (National Air and Space Intelligence Center) ainsi que le Ministère français de la Défense. Ces clients représenteraient aujourd’hui plus de 25% du chiffre d’affaires de la société.

Reste à savoir comment réagiront ses différentes entités suite à ce rachat.

Richard Menneveux

CEO & Editor in Chief@Decode Media / Pour me contacter: richard@decode.media / Pour communiquer sur FrenchWeb, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Le français Systran s’apprête à battre pavillon coréen
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link