AcquisitionActualitéAmérique du nordTech

Le jeu vidéo, maillon fort dans la stratégie d’Amazon

Google était aussi sur les rangs mais c’est finalement Amazon qui a mis la main sur Twitch, une plate-forme de streaming de jeux vidéo américaine (créé par les fondateurs de Justin.TV). Montant de la transaction: 970 millions de dollars, soit plus de 735 millions d’euros. C’est l’une des plus grosses acquisitions jamais réalisées par le groupe dirigé par Jeff Bezos.

50 millions d’utilisateurs mensuels

Basée à San Francisco, Twitch est une plate-forme sur laquelle les utilisateurs peuvent diffuser leur session de jeux vidéo (PC, Xbox One, PlayStation 4…) et discuter entre eux.  Les parties filmées et commentées par le joueur sont proposées en direct et en replay. Actuellement, l’équipe de Twitch revendique environ 50 millions d’utilisateurs mensuels, une communauté qui représenterait à elle seule près de 1,35% du trafic internet mondial ! Fondée en 2011 par Justin Kan et Emmett Shear, la société avait levé 15 millions de dollars en 2012 puis 20 millions de dollars en septembre 2013.

La prise de contrôle de Twitch permettra à Amazon de développer sa stratégie sur le plan de l’offre de contenus. Pour rappel, après s’être historiquement positionnée sur le marché des livres numériques, la firme opère depuis quelques temps un mouvement de diversification. Petit à petit, elle élargit le champ de ses activités, et mise sur une diversification de son offre, sur différents types de contenus. En effet, outre  son activité d’hébergeur en cloud qui représente une part majeure de ses revenus, elle possède le portail cinématographique IMDb, et le réseau social littéraire Goodreads. Elle s’est renforcée dans le domaine de la vidéo en streaming au mois d’avril, avec le lancement de sa box FireTV, puis dans celui de la musique avec Amazon Prime Music, un service lancé aux Etats-Unis en juin. Voilà qu’elle se renforce à présent dans les jeux vidéo avec Twitch, un secteur dans lequel elle est présente depuis 2008 avec le rachat de Reflexive Entertainment, un studio de développement de jeux vidéo. Elle avait déjà étoffé sa branche gaming en rachetant le studio californien Double Helix Game en février 2014, pour l’intégrer à sa filiale Amazon Game Studios, créée en 2012. « Ils vont pouvoir vendre des jeux directement via Twitch, en incluant un lien placé dans la scrollbar latérale ».

Julien Thierry, fondateur de la plate-forme de gaming Eclypsia, estime que ce rachat conduira sûrement à « réaliser des économies d’échelle et faire à la fois baisser le coût de la bande passante pour Twitch et garnir encore plus le data center d’Amazon ».

En fait, la firme semble travailler à la constitution d’un éco-système global regroupant du hardware et des apports de contenus. L’intégration des contenus jeux vidéo de Twitch vient enrichir l’offre des contenus disponibles sur les périphériques commercialisés par Amazon: le Fire Phone, la tablette Kindle Fire et la FireTV. Twitch est devenu en peu de temps l’un des sites de référence pour la communauté de  l’e-sport, c’est d’ailleurs la plate-forme officielle de diffusion de championnats mondiaux de jeux vidéos et du salon international E3 de Los Angeles. Et vu le business derrière, on comprend vite l’appétit d’acteurs comme Google ou Amazon pour le site. 

 « Un marché en forte croissance »

A titre d’exemple, certaines vidéos portant sur les jeux League of Legend et Dota 2 regroupent plusieurs milliers de spectateurs en simultané à chaque diffusion. L’e-sport « devient une activité très répandue chez les joueurs de jeux vidéo et chez les enfants et adolescents. Twitch a plus de 50 millions d’utilisateurs par mois et ils ne sont pas les seuls, y’a pas mal d’autres acteurs. Et au bout du compte, c’est un peu comme regarder du sport a la télé » fait remarquer Mathieu Nouzareth, PDG de FreshPlanet, qui édite notamment la plate-forme de musique SongPop. « Le nombre de producteurs de contenus sur Twitch est énorme, beaucoup plus que la normale et le jeu video est un marché en forte croissance sur une cible intéressante » poursuit-il, et en déduit qu' »Amazon a aussi de grandes ambitions dans le jeu vidéo ».

Justement, Amazon est en train de réfléchir  au développement de la gestion des publicités en vidéo sur les plates-formes qu’elle contrôle. La firme américaine fait encore figure de Petit Poucet dans le domaine de la publicité, mais marche cependant dans les pas de son concurrent Google et aimerait sans doute bien pouvoir se passer de ses services. Le Wall Street Journal affirmait d’ailleurs le 22 août que l’entreprise basée à Seattle développe en ce moment son propre logiciel de placement et de ciblage publicitaire en ligne, afin de concurrencer non seulement Google, mais aussi Facebook et Microsoft. Amazon gagnerait ainsi en autonomie: cela lui éviterait de devoir passer par Google AdWords et donc risquer de partager des informations à fort potentiels sur le comportement de ses clients. Le PDG et co-fondateur de Twitch Emmett Shear a d’ailleurs déclaré : « Je pense que nos ventes de publicités s’intensifieront grâce à l’accès aux ressources d’Amazon ». Selon le journal économique, l’entreprise américaine aurait déjà contacté plusieurs partenaires publicitaires potentiels pour commencer à tester la nouvelle plate-forme, baptisée Amazon Sponsored Links. Sur une étude parue fin mai, l’e-sport a généré 32,8 millions de dollars de revenus publicitaires en 2013, et ce chiffre pourrait croître de 250% d’ici 2018.

Tags

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. La prochaine acquisition devrait être Valve et sa plateforme Steam… ?

Le jeu vidéo, maillon fort dans la stratégie d’Amazon
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link