ActualitéBusinessEuropeFrenchTechInvestissementsLes levées de fondsNiceStartupTechTransport

Le Niçois Vulog veut accélérer son développement international avec un nouveau tour de table

La société niçoise Vulog propose une plateforme SaaS permettant à tout opérateur de mobilité, tel que des loueurs de véhicules, des constructeurs automobiles ou des start-up, de lancer en quelques semaines des services innovants d’autopartage, que ce soit en free-floating, de station à station ou en boucle.

Le montant

Après un tour de 8,4 millions d’euros en 2015 auprès du Fonds Ecotechnologies (géré par Bpifrance) et du fonds londonien Environmental Technologies Fund, Vulog annonce une levée de fonds de 17,5 millions d’euros auprès de Frog Capital (Royaume-Uni), Inven Capital (République Tchèque), ainsi que de ses investisseurs historiques, le Fonds Ecotechnologies, géré par Bpifrance pour le compte de l’État dans le cadre des actions du Programme d’investissements d’avenir (PIA) confiées à l’ADEME, et ETF Partners (Royaume-Uni).

Le marché

Fondée en 2006 par Georges Gallais et David Emsellem, deux anciens ingénieurs de l’Inria, Vulog développe des solutions de gestion pour les entreprises spécialisées dans le partage de voitures. Elle commercialise ses offres auprès d’opérateurs de mobilité, de constructeurs ou encore de gestionnaires de flotte en Europe et en Amérique du Nord.

L’entreprise dispose de grands comptes parmi ses clients, parmi lesquels Veolia, Transdev ou encore PSA Peugeot Citroën. Au final, Vulog estime que le marché de l’autopartage devrait atteindre les 600 000 voitures et les 30 millions d’utilisateurs d’ici 2020. Basée à Nice, la société a également ouvert des bureaux à Paris et à Vancouver (Canada).

Alors que Vulog se positionne sur une offre B2B, les offres pour les particuliers se multiplient. TripndriveCarnomise et OuiCar s’attaquent par exemple au marché des particuliers en général ou plus spécifiquement aux voyageurs dans les aéroports. Plus directement face à Vulog se trouve Ubeeqo, racheté en janvier 2015 par Europcar, et qui propose également la location des flottes d’entreprise.

La solution technologique de Vulog gère aujourd’hui plus de 10 millions de trajets d’autopartage par an pour des acteurs tels que Evo à Vancouver (plus gros opérateur indépendant d’Amérique du Nord avec 1250 véhicules), emov à Madrid (550 véhicules électriques opérés par PSA et Eysa avec plus de 120000 utilisateurs), GreenMobility à Copenhague (450 véhicules électriques).

Les objectifs de la Start-up

Avec ce nouvel investissement, la société prévoit d’accélérer son développement international et poursuivre le développement de sa plateforme technologique. «Cette nouvelle levée de fonds vient renforcer les ambitions de Vulog sur le marché de la mobilité partagée. Nous avons connu une croissance exceptionnelle ces 18 derniers mois et ce nouveau tour de financement va accélérer l’exécution des prochaines étapes de notre plan, notamment en Amérique du Nord», explique le CEO de Vulog Grégory Ducongé.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Le Niçois Vulog veut accélérer son développement international avec un nouveau tour de table
La startup Element AI lève 150 millions de dollars pour aider les entreprises à adopter l’intelligence artificielle
Vers la fin des contenus clickbait sur Google?
WeWork confirme son intention d’entrer en Bourse et restreint les pouvoirs de son PDG
[DECODE] Comment Instagram a fait exploser ses revenus publicitaires
Les offres d’emploi de la semaine
Des employés à temps partiel de Whole Foods (Amazon) privés de leurs avantages médicaux
Libra: « Nous n’avons pas vocation à jouer les pirates »
[Made in Bordeaux] Ça bouge dans l’écosystème!
Enquête aux Etats-Unis sur un système de freinage automatique de Nissan
Téléconsultation: la consolidation se poursuit avec le rapprochement des startups Medadom et Docadom