ActualitéChiffres ClesTech

Les jeux représentent 80% des revenus générés par les applications mobiles

Les succès de Zynga, King ou de WhatsApp peuvent faire rêver, mais ont tendance à masquer la réalité du marché des développeurs. La plupart des applications mobiles n’auraient pas de modèle économique soutenable selon une étude réalisée auprès de plus de 10 000 développeurs d’applications par le cabinet Developer Economics. Ainsi, 24% des applications ne génèrent aucun revenu mensuel, 23% dégagent entre 1 et 100 dollars par mois, 19% entre 1000 et 10 000 dollars, et seuls 12% au-delà.

Dans ce contexte, l’avantage est aux développeurs iOS puisqu’ils sont 50% à toucher 500 dollars (le « seuil de pauvreté » établit pas le cabinet) ou plus chaque mois avec une application, contre 36% pour leurs confrères d’Android. Ces derniers sont d’ailleurs 49% a avoir une application qui génère moins de 100 dollars par mois, contre 35% pour iOS.

Sans surprise, les systèmes d’exploitation prioritaires sont Android (42%) et iOS (32%), Windows Phone (10%) et BlackBerry (3%) n’arrivant que bien après. Les jeux occupent une place de premier rang dans la rentabilisation des applications puisqu’ils représentent 40% des téléchargements pour… 80% des revenus sur les stores. Résultat : 33% des développeurs se focalisent sur la création de jeux, mais 57% de ces derniers ne sont pas rentables.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Les jeux représentent 80% des revenus générés par les applications mobiles
Baidu
Baidu: porté par l’IA, le géant chinois de l’Internet réalise un bénéfice de 3,2 milliards d’euros
[Webinar] Marketplace: le modèle performant pour une stratégie eProcurement réussie
Retail : la startup française Alkemics rachetée par le groupe américain Salsify
De Volkswagen à Tesla, où en sont les camping-cars électriques?
Cookies et traceurs: les éditeurs respectent-ils les nouvelles règles de la Cnil?
Comment le boom de la livraison de repas a fait pousser les dark kitchens en banlieue